Skip to main content

Article Category

Actualités

Article available in the folowing languages:

Le changement climatique favorise les maladies transmises par vecteur en Europe

Le Centre européen de prévention et de contrôle des maladies (CEPCM) tire la sonnette d'alarme: les foyers de maladies transmises par vecteur devraient devenir de plus en plus fréquents en Europe à l�avenir. D'après une évaluation initiée par le CEPCM, les changements climatiq...

Le Centre européen de prévention et de contrôle des maladies (CEPCM) tire la sonnette d'alarme: les foyers de maladies transmises par vecteur devraient devenir de plus en plus fréquents en Europe à l�avenir. D'après une évaluation initiée par le CEPCM, les changements climatiques et environnementaux tels que l'augmentation de la température et de l'humidité, ainsi que la mondialisation, favorisent la propagation des vecteurs ou hôtes intermédiaires, avec, pour conséquence, la propagation de la maladie elle-même. En épidémiologie, le terme "vecteur" fait référence à des organismes qui ne provoquent pas de maladies particulières, mais les transmettent d'hôte en hôte. Le vecteur, en tant qu'hôte intermédiaire de l'agent pathogène, n'est pas affecté et la maladie ne se déclare que dans l'hôte définitif. Parmi les maladies transmises par vecteur figurent la dengue, le virus du Nil occidental, la fièvre Chikungunya, la néphropathie épidémique et l'encéphalite à tiques, qui sont transmis à l'homme par des moustiques, des phlébotomes, des tiques et des rongeurs. "Les changements climatiques et environnementaux annoncés par les experts auront un impact sur les risques associés aux maladies transmises par vecteur en Europe", déclare le Dr Zsuzsanna Jakab, directeur du CEPCM. "Nous risquons d'assister à la propagation de maladies telles que l'encéphalite à tiques, voire la fièvre Chikungunya, dans des endroits où elles n'étaient pas recensées auparavant. Les facteurs environnementaux ne sont pas seuls en cause", ajoute le Dr Jakab. "La mondialisation et l'augmentation des voyages et des échanges commerciaux qu'elle entraîne accélèrent également la vitesse de propagation des maladies à de nouvelles régions. " Ce risque accru est illustré par un foyer de fièvre Chikungunya dans la région de Ravenne, sur la côte nord-est de l'Italie durant l'été 2007. Presque 250 personnes ont été infectées par un voyageur revenu d'Inde avec le virus Chikungunya, après avoir été mordu par un Aedes Albopictus ou moustique-tigre. Le moustique-tigre a envahi de nombreuses régions d'Asie, d'Afrique et d'Amérique, ainsi que certaines parties d'Europe au cours des dernières décennies. Il est connu pour être un vecteur de la fièvre Chikungunya. Bien que le virus Chikungunya ne soit normalement pas mortel, il cause de fortes fièvres, des douleurs articulaires importantes, des douleurs musculaires et des maux de tête et peut entraîner des complications majeures et des maladies chroniques chez certains patients. Si l'augmentation de la température et de l'humidité favorise la propagation de vecteurs tels que les moustiques, le moustique-tigre a quant à lui été introduit en Europe par l'industrie des pneus usagés, lesquels constituent un terrain de reproduction propice pour les moustiques. Une autre maladie de plus en plus fréquente ces dernières années est l'encéphalite à tiques, un virus propagé par les tiques qui affecte le système nerveux central. Ainsi, le nombre de cas d'encéphalites à tiques dans certaines régions d'Europe où la maladie est endémique a augmenté de presque 400 % en cours des 30 dernières années, faisant de ce type d'encéphalite un problème de santé publique majeur. Le Dr Jakab résume la situation en ces termes: "Nous devons impérativement comprendre de quelle façon ces modifications affecteront les risques de maladies transmises par vecteur afin de mieux cibler la surveillance et le contrôle, de même que pour améliorer la préparation dans les pays européens. "

Articles connexes