Skip to main content

Article Category

Actualités

Article available in the folowing languages:

De l'importance des recherches sur les impacts du changement climatique pour la santé mentale

Il semblerait que le changement climatique ait un impact important sur la santé mentale partout dans le monde; pourtant, écrivent Lisa Page et Louise Howard de l'institut de psychiatrie au King's College de Londres (Royaume-Uni), les recherches dans ce domaine important sont l...

Il semblerait que le changement climatique ait un impact important sur la santé mentale partout dans le monde; pourtant, écrivent Lisa Page et Louise Howard de l'institut de psychiatrie au King's College de Londres (Royaume-Uni), les recherches dans ce domaine important sont loin d'abonder. Dans un éditorial de la revue Psychological Medicine, elles déclarent que cette situation doit rapidement évoluer «afin que les décideurs politiques en matière de santé mentale puissent prévoir l'impact du changement climatique sur la santé mentale». De plus en plus de recherches relatives aux impacts du changement climatique sur la santé voient le jour, et on estime qu'il est responsable de près de 150 000 décès chaque année (un chiffre qui devrait augmenter au cours des décennies à venir). Bien que l'on admette aujourd'hui les effets du changement climatique sur la santé mentale, les auteurs font remarquer que «ces effets sont principalement évoqués en termes vagues et rarement par les personnes largement impliquées dans la recherche ou la politique de santé mentale. Il est peu probable que le problème de la santé mentale soit à l'ordre du jour de la conférence de Copenhague.» D'après les Drs Page et Howard, les effets du changement climatique «se répercuteront principalement sur les personnes prédisposées aux problèmes psychologiques, mais on verra également une augmentation de la charge globale des maladies mentales dans le monde». Par exemple, les catastrophes naturelles risquent d'augmenter en raison du changement climatique. Les problèmes de santé mentale tels que les troubles de stress post-traumatique, la dépression et d'autres maladies mentales sont relativement courants à la suite de ces catastrophes, naturelles ou d'autres. En outre, comme on l'a constaté après le cyclone Katrina aux États-Unis, «on observe souvent une diminution importante des soins médicaux et psychiatriques apportés aux personnes souffrant de maladies mentales préexistantes dans les périodes suivant une catastrophe, au moment où ils en ont malheureusement le plus besoin», font remarquer les chercheurs. Les vagues de chaleur feront également de nombreuses victimes chez les personnes souffrant de maladies mentales, étant donné que l'abus de psychotropes et de substances constitue un facteur de risque important dans les décès imputables aux vagues de chaleur. «En outre, des mécanismes inadaptés permettant de gérer les situations difficiles et le mauvais état des logements attribués contribueront à rendre plus vulnérables les personnes souffrant de problèmes mentaux», poursuivent les auteurs. Enfin, nous disposons de «preuves importantes» que les taux de suicide augmenteront une fois qu'un certain seuil de température sera dépassé. Beaucoup de maladies infectieuses devraient se multiplier à mesure que le climat se réchauffe, ce qui affectera probablement aussi notre santé mentale, préviennent les chercheurs. Pendant des épidémies, on a constaté chez les patients infectés et dans la population en général des cas de détresse psychologique, d'anxiété et de stress traumatique. L'élévation du niveau des mers obligera des millions de personnes vivant dans les régions côtières à déménager. Les régions affectées par les inondations et les sécheresses ou par d'autres conditions climatiques extrêmes connaîtront des exodes de masse. «Les vagues massives de migration mèneront indéniablement à une plus grande charge de maladies mentales chez les populations affectées», préviennent les chercheurs, en ajoutant que les conflits constituent un autre vecteur potentiel de migration. Un autre problème est que les services de santé mentale dans les pays à revenus faibles et moyens sont déjà terriblement inappropriés. Le Drs Page et Howard craignent que ces services «ne constituent pas une priorité dans l'éventualité d'une crise économique résultant du changement climatique.» Les chercheurs concluent que les professionnels de la santé mentale doivent approfondir les recherches sur le sujet au plus vite. «Il est indispensable de collaborer avec d'autres disciplines», écrivent les auteurs. «Il nous faudra sans doute travailler avec des climatologues, des géographes, des épidémiologistes de l'environnement, des modélisateurs et des spécialistes du développement pour planifier et réaliser des recherches pertinentes sur ces sujets.» Le Dr Page ajoute: «Le changement climatique est au coeur des débats [...] à la conférence de l'ONU à Copenhague. Les délégués discuteront des effets du changement climatique et des réponses possibles des gouvernements internationaux, mais nous craignons que les effets du changement climatique sur la santé mentale ne fassent pas l'objet d'une grande attention, ce qui pose un risque important pour la santé mentale de millions de personnes dans un futur relativement proche.»