Skip to main content

Article Category

Actualités

Article available in the folowing languages:

Des scientifiques de l'UE réalisent un atlas cérébral

Les travaux d'experts sur le cerveau humain nous ont permis de mieux comprendre son fonctionnement, notamment grâce aux méthodes de neuroimagerie qui sont apparues dans les années 1990. La caractérisation de sa structure et ses connexions permettraient cependant de mieux compr...

Les travaux d'experts sur le cerveau humain nous ont permis de mieux comprendre son fonctionnement, notamment grâce aux méthodes de neuroimagerie qui sont apparues dans les années 1990. La caractérisation de sa structure et ses connexions permettraient cependant de mieux comprendre comment nos cerveaux se connectent. Ainsi, une équipe de chercheurs financée par l'UE oeuvre à la création de plusieurs atlas sur la connectivité cérébrale à différentes étapes de la vie. Ces atlas serviront de référence aux personnes travaillant dans les domaines médical et des neurosciences. Notamment, ils permettront aux chercheurs de résoudre certains mystères planant autour de troubles cérébraux tels que la schizophrénie et l'autisme. Les scientifiques sont d'avis que les troubles du développement tels que l'autisme résultent de connexions anormales entre différentes régions du cerveau. Lancé en 2009, le projet CONNECT («Consortium of neuroimagers for the noninvasive exploration of brain connectivity and tractography») est financé à hauteur de 2,4 millions d'euros au titre du thème «Technologies de l'information et de la communication» (TIC) du septième programme-cadre (7e PC) de l'UE. Le consortium du projet, dirigé par l'université de Tel Aviv (TAU) en Israël, utilise l'imagerie par résonnance magnétique (IRM) pour cartographier les connexions et les microstructures du cerveau humain. Les chercheurs construisent actuellement un outil codéveloppé par le Dr Yaniv Assaf, de la TAU. «À l'heure actuelle, il est impossible pour les cliniciens de 'voir' les troubles cérébraux subtils qui pourraient causer une incapacité dangereuse et dévastatrice», expliquait le Dr Assaf, dont le travail se concentre sur les régions de l'écriture cérébrale, autrement dit les axones, apportant ainsi le soutien nécessaire aux chercheurs pour développer une carte améliorée du cerveau pour de futures recherches. Les neurones cérébraux sont reliés par des axones, dont le diamètre est d'environ un micron (un millionième de mètre). Les axones, ou fibres nerveuses, ont la capacité de transmettre des informations aux différentes régions du cerveau. Ce domaine de recherche n'a jamais pu profiter d'une technologie d'imagerie non invasive qui permettrait aux chercheurs de «voir» ces structures dans le cerveau. Baptisé «AxCaliber», l'outil développé par le Dr Assaf permet de reconnaître les ensembles d'axones anormaux. Selon le Dr Assaf, ces ensembles peuvent servir de biomarqueurs pour le diagnostic précoce, le traitement et le suivi des troubles cérébraux. «À l'heure actuelle, nous sommes en mesure de cartographier le cerveau d'un individu ayant passé l'âge de la puberté», explique le Dr Assaf. «Mais une fois l'atlas compilé, nous pourrons réaliser ce dépistage avant la puberté, et peut-être même in utero, pour déterminer les individus susceptibles de développer des troubles tels que la schizophrénie et ainsi pouvoir proposer un traitement précoce». À terme, les partenaires de CONNECT contribueront à concevoir des traitements plus efficaces pour les maladies cérébrales et permettront aux diagnosticiens de mieux prédire la probabilité de telles maladies. CONNECT rassemble des experts éminents du Danemark, d'Allemagne, de France, d'Israël, d'Italie, de Suisse et du Royaume-Uni. Le projet se clôturera en 2011.

Pays

Suisse, Allemagne, Danemark, France, Israël, Italie

Articles connexes