Skip to main content

Article Category

Actualités

Article available in the folowing languages:

Le recensement des ibis menacés d'extinction redonne espoir

D'après une nouvelle recherche, la population mondiale d'ibis de Davison (Pseudibis davisoni), une espèce d'oiseaux très rares, compte quelque 429 individus, à savoir 30% de plus que les estimations précédentes. Cette découverte nous laisse espérer que cette espèce en péril éc...

D'après une nouvelle recherche, la population mondiale d'ibis de Davison (Pseudibis davisoni), une espèce d'oiseaux très rares, compte quelque 429 individus, à savoir 30% de plus que les estimations précédentes. Cette découverte nous laisse espérer que cette espèce en péril échappe à l'extinction. Cependant, les écologistes nous préviennent des menaces constantes envers ce magnifique oiseau. On trouvait auparavant des ibis de Davison presque partout en Asie du Sud-est. Mais la déforestation, le drainage des zones humides pour l'agriculture et la chasse ont mené à sa quasi-disparation, en faisant l'oiseau aquatique le plus en péril en Asie du Sud-est. Il a disparu de la Chine du Sud, de Malaisie, de Myanmar, de Thaïlande et du Viêt-nam. À ce jour, on trouve près de 90% de la population mondiale dans les forêts décidues sèches du Nord et de l'Est du Cambodge; les quelques oiseaux restant peuplent le Sud du Laos et l'Est du Kalimantan en Indonésie. Dans cette étude, des chercheurs et écologistes menés par l'University of East Anglia (UEA) au Royaume-Uni ont étudié 37 sites de repos à travers le Cambodge. Au total, l'équipe a recensé 429 oiseaux, soit 30% de plus que les estimations de l'Union internationale pour la conservation de la nature (IUCN), qui en avait recensé 330. Selon l'équipe, la population réelle pourrait compter davantage d'oiseaux. «Au cours de ce recensement battant tous les records, on a dénombré bien moins d'oiseaux dans l'un de nos principaux sites que lors des sondages précédents. Je ne pense pas que les oiseaux s'éloignent beaucoup, et ils se trouvaient certainement encore sur ce site», expliquait Hugh Wright, un étudiant en doctorat à l'UEA. «Si l'on considère les recensements précédents, cela voudrait dire que la population actuelle pourrait même être supérieure à 500 oiseaux. La découverte de tant d'ibis de Davison renforce considérablement nos chances de sauver l'espèce.» Toutefois, le fait que la population soit plus importante que ce que l'on ne pensait ne veut pas forcément dire qu'elle augmente. «Il est peu probable que la population ait en effet augmenté ou commencé à se rétablir. Nous avons concentré nos efforts sur la recherche d'ibis et nous couvrons désormais mieux les sites de repos, ce qui explique que l'on dénombre davantage d'oiseaux», expliquait Sum Phearun, assistant de projet à la People Resources and Conservation foundation (PRCF) au Cambodge. «Mais l'espèce est encore très proche de l'extinction, aussi devons-nous poursuivre nos efforts afin de comprendre et de protéger l'ibis.» L'étude évoque également la répartition de l'ibis au Cambodge; plus de 170 oiseaux, à savoir 40% de la population connue, vivent au Lomphat Wildlife Sanctuary. Il s'agit du second site au monde le plus important pour la conservation des ibis de Davison, le premier étant le Western Siem Pang Important Bird Area (IBA), dont la population dépasse les 200 oiseaux. Cependant, les écologistes expliquent que l'avenir de ces oiseaux est loin d'être sûr. De nombreux oiseaux vivent hors du système cambodgien des zones protégées et les habitats de l'espèce demeurent sous la menace de plantations, de l'agriculture et de projets d'infrastructures. Par exemple, le projet de construction du barrage Lower Srepok 3 inonderait une grande partie du Lomphat Wildlife Sanctuary, et le Western Siem Pang IBA court le risque d'être transformé en plantations. Du haut de ses 85 centimètres, l'ibis de Davison est de couleur foncée et arbore un col distinct de couleur pâle. En général, il peuple les zones humides et les prairies, ainsi que les forêts décidues. Il se nourrit principalement d'amphibiens et de petits invertébrés, parmi d'autres créatures. Au cours de la saison humide, ces oiseaux affluent vers les sites de nourriture et de repos, ce qui permet aux écologistes de les recenser.

Pays

Chine, Indonésie, Cambodge, Laos, Myanmar/Birmanie, Malaisie, Thaïlande, Viêt Nam

Articles connexes