Skip to main content

Inclusive Cultural Heritage in Europe through 3D semantic modelling

Article Category

Article available in the folowing languages:

Des modèles 3D pour explorer notre patrimoine culturel architectural à travers le temps, sur site et à distance

L’identité européenne se développe grâce à l’accès et à la connaissance qu’ont ses citoyens du patrimoine culturel de la région, au fil de son évolution dans le temps. INCEPTION a développé des modèles 3D enrichis d’environnements architecturaux et sociaux à travers le temps, pour une interaction plus captivante avec ce patrimoine.

Économie numérique
Société

Si la reconstruction en 3D a considérablement amélioré l’expérience du public en matière de patrimoine culturel, elle est encore entravée par les limites de l’équipement utilisé, les capacités de stockage et la rentabilité. En adaptant des technologies actuellement disponibles, le projet INCEPTION (Inclusive Cultural Heritage in Europe through 3D semantic modelling), soutenu par l’UE, a redéfini la manière dont la modélisation 3D peut accroître l’accessibilité de notre patrimoine culturel. INCEPTION a fait appel à des techniques avancées de modélisation des informations du bâtiment (BIM), pour créer des modèles 3D de nouvelle génération d’artefacts et d’environnements, accompagnés numériquement d’informations techniques et historiques contextuelles. Ces modèles ont été intégrés dans la plateforme web du projet à laquelle les utilisateurs peuvent accéder à l’aide d’outils de réalité virtuelle (RV) et de réalité augmentée (RA). Grâce à des fonctionnalités interactives telles que Time Machine, les utilisateurs peuvent faire l’expérience de la reconstruction dynamique de bâtiments à travers le temps.

Modélisation 3D: capture, traitement et utilisation finale

Lorsqu’il s’agit de modéliser des bâtiments ou des sites du patrimoine, les scanners laser 3D et les technologies de capture de données (y compris les drones et les robots) fournissent généralement les sources de données initiales pour les modèles BIM. INCEPTION saisit ces données et les télécharge sur sa plateforme où elles sont accompagnées de coordonnées géospatiales afin de positionner des objets ou des sites d’intérêt (tels que des bâtiments historiques) sur une carte du monde. Les modèles sont ensuite enrichis d’informations numériques explicatives (telles que des documents historiques) relatives à des caractéristiques physiques ou à des périodes de temps. À l’aide d’un simple navigateur web, les utilisateurs, qu’il s’agisse de chercheurs ou de membres du public, peuvent (gratuitement) rechercher des modèles téléchargés sur la plateforme en utilisant des mots-clés, tout comme des requêtes spatiales et multicritères. Ils peuvent ensuite interagir avec le modèle soit sur place, au moyen d’outils de RV, soit à distance via la plateforme web. Les utilisateurs peuvent sélectionner une période ou une caractéristique physique spécifique à explorer et la version correspondante du modèle apparaîtra. Par exemple, avec le modèle de l’Istituto degli Innocenti (une des études de cas du projet) à Florence, en Italie, en sélectionnant un de ses neuf arcs en plein cintre, les utilisateurs peuvent non seulement en apprendre plus sur ses conceptions en terre cuite (par Andrea della Robbia), mais aussi sur la fonction originale du bâtiment qui était un orphelinat, à laquelle fait référence le modèle en relief. Les normes ouvertes et les flux de travail d’INCEPTION pour la modélisation 3D du patrimoine culturel (connus sous le nom de «Open H-BIM») permettront d’adopter cette technologie dans le cadre de projets plus ambitieux en matière de patrimoine culturel. Les utilisateurs peuvent télécharger des modèles de base dans le système et les mettre à jour au fil du temps, à l’image d’un wiki. En outre, toutes les informations de la plateforme sont codées selon les normes du web sémantique, ce qui les rend lisibles par machine. Le procédé INCEPTION a été testé sur neuf cas de démonstration dans six pays partenaires européens (Croatie, Chypre, Grèce, Italie, Pays-Bas et Espagne) sélectionnés pour la diversité de leurs contextes, qui diffèrent par leur typologie, leurs dimensions physiques, leur état de conservation et leur objectif principal (tourisme, conservation, etc.). «Le noyau technique révolutionnaire de la plateforme INCEPTION redéfinit l’importance des modèles de patrimoine en 3D, les positionnant comme des agrégateurs de connaissances», souligne Roberto Di Giulio, coordinateur du projet. «La prochaine étape immédiate consiste à alimenter la plateforme avec davantage de modèles 3D de bâtiments et de sites du patrimoine culturel européen, en reliant des matériaux tels que des vidéos, des images, des textes, des fichiers audio, etc. provenant de sources institutionnelles importantes, telles que Europeana» ajoute Roberto Di Giulio. Le projet a donné naissance à une jeune société innovante, INCEPTION Srl, accréditée en tant qu’entreprise dérivée de l’Université de Ferrara. La société exploite les résultats du projet financé par l’UE en permettant aux administrations publiques, aux musées, aux propriétaires de sites, etc., d’utiliser des solutions logicielles basées sur le moteur central d’INCEPTION. Elle fournit des solutions pour la gestion, la visualisation et l’archivage de modèles 3D ou BIM et de tous les documents numériques connexes, rassemblés par des technologies sémantiques.

Mots‑clés

INCEPTION, web sémantique, patrimoine culturel, modèles 3D, réalité virtuelle, réalité augmentée, modélisation de l’information sur les bâtiments, conception, sites patrimoniaux, numérique

Découvrir d’autres articles du même domaine d’application