Skip to main content

Article Category

Article available in the folowing languages:

Un nouveau générateur d’énergie houlomotrice et une balise océanique fournissent de l’énergie et de meilleures données

Les bouées maritimes ont besoin de plus de puissance électrique pour fournir davantage de données. Un nouveau générateur d’énergie houlomotrice utilise l’énergie cinétique contenue dans les vagues et la transforme en électricité.

Alimentation et Ressources naturelles

Les bouées enregistrent et transmettent des informations sur l’océan. Couramment utilisées dans la recherche océanographique, elles sont peu énergivores, mais leur alimentation pose un certain nombre de défis. Étant donné que les bouées flottent souvent loin des côtes, il est peu pratique de les raccorder à des sources d’énergie terrestres. À l’heure actuelle, une partie des bouées en service sont alimentées par l’énergie solaire. Cette dernière varie toutefois au gré des saisons, surtout aux hautes latitudes. Le problème lié à l’alimentation limite également la quantité de données de recherche disponibles. Bien souvent, une puissance accrue se traduirait par davantage de données, ce qui améliorerait la compréhension des océans. Le projet eForcis, financé par l’UE, a mis au point une solution pour alimenter les bouées maritimes en énergie. Le projet a introduit le générateur d’énergie houlomotrice eForcis et la bouée de données BeForcis dans l’aquaculture. Ces noms font référence à «Forcis», une divinité de la mythologie grecque, au nom de laquelle l’équipe a ajouté un «E» pour énergie et un «B» pour bouée. La forme de la bouée a été spécialement conçue pour pouvoir y loger le générateur et optimiser l’énergie produite. L’énergie produite par eForcis, conjuguée à l’énergie solaire, permet d’alimenter une batterie de capteurs, des caméras et d’autres instruments.

L’énergie houlomotrice à l’œuvre

Le générateur eForcis ne fournit pas d’énergie à la terre ferme. «Cet appareil tire parti de l’oscillation des vagues pour transformer une partie de ce mouvement en énergie électrique», explique Héctor Martín, coordinateur d’eForcis. La quantité de puissance varie considérablement, en fonction des conditions des vagues. La puissance maximale enregistrée a atteint 300 W, au large de l’Irlande et en hiver, lorsque les vagues étaient les plus hautes. Ceci dit, la puissance maximale n’étant pas un paramètre très utile, les chercheurs ont plutôt mesuré la capacité du générateur à recharger les batteries, de 5 Ah par jour en moyenne environ. Les panneaux solaires délivrent une puissance similaire pour un total quotidien de 10 à 12 Ah. La combinaison des énergies houlomotrice et solaire offre une source d’énergie stable et double la puissance dont les bouées standard exclusivement alimentées par l’énergie solaire disposaient jusqu’à présent.

Autres applications

BeForcis peut être couplée à une caméra de surveillance pour améliorer la sécurité des exploitations piscicoles offshore. Les autres applications sont légion; BeForcis peut par exemple être intégré aux réseaux d’alerte précoce aux tsunamis. Tous les réseaux de bouées de données exploités par les agences européennes pourraient tirer profit de cette technologie. La puissance supplémentaire pourrait se traduire par une capacité de données accrue. Le projet a connu plusieurs revers liés à la disponibilité d’experts en informatique et à la participation de partenaires clés. Tous les composants ont donc été testés séparément. Il n’a toutefois pas encore été possible d’effectuer des tests à grande échelle dans l’océan. Les chercheurs espéraient également lancer la production de BeForcis au cours du second semestre 2020. «Malheureusement, la crise de la COVID 19 a grandement compromis la poursuite de cet objectif», ajoute Héctor Martín. «Nous avons dû allouer nos ressources financières restantes à des mesures destinées à nous aider à survivre à la crise. Il nous faudra obtenir un financement supplémentaire afin de démarrer la production», explique Héctor Martín. D’ici là, l’équipe va installer eForcis sur une bouée existante appartenant à un client potentiel en vue d’établir un accord de «commerce et d’achat». En dépit des revers essuyés, le générateur eForcis et la bouée BeForcis sont amenés à faire une différence importante dans la recherche océanographique et les industries de l’économie bleue, comme l’aquaculture. Une puissance accrue se traduit par davantage de données, qui se traduisent, à leur tour, par une meilleure compréhension.

Mots‑clés

eForcis, générateur, BeForcis, bouée maritime, énergie houlomotrice, aquaculture, énergie solaire, données de recherche

Découvrir d’autres articles du même domaine d’application