Skip to main content

Article Category

Actualités

Article available in the folowing languages:

Étudier l’efficacité et la durabilité de la chaîne d’approvisionnement

Des chercheurs soutenus par l’UE ont mis au point un modèle de simulation appliqué à une chaîne d’approvisionnement alimentaire en situation réelle et ont examiné les connaissances actuelles sur la prochaine génération de chaînes d’approvisionnement.

Transports et Mobilité
Technologies industrielles
Alimentation et Ressources naturelles

Selon les estimations, 11 millions d’exploitations agricoles de l’UE fournissent des produits agricoles qui sont traités par quelques 300 000 entreprises. Ces entreprises de traitement, à leur tour, vendent leurs produits à 2,8 millions de distributeurs et fournisseurs alimentaires, qui mettent ensuite ces aliments à disposition des 500 millions de consommateurs de l’UE. Afin que cette chaîne d’approvisionnement alimentaire fonctionne correctement et que les produits atteignent les consommateurs en bon état et à temps, la gestion efficace du transport et des inventaires s’avère nécessaire.

Un modèle de simulation pour améliorer la prise de décision

Le projet Diverfarming, financé par l’UE, dont l’objectif consistait à obtenir des chaînes d’approvisionnement efficaces sur le plan économique, a mis au point un modèle mathématique qui simule un réseau de distribution national de produits alimentaires surgelés issus de systèmes de culture diversifiée. L’objectif de l’équipe de recherche consistait à déterminer les répercussions des différentes politiques de gestion des inventaires et de la capacité des systèmes de transport sur les coûts et le service à la clientèle. Le modèle de simulation a été décrit dans un article publié dans la revue «International Journal of Simulation Modelling». En intégrant des ressources de transport et la gestion des inventaires, ce modèle facilite la prise de décision au moment de planifier les capacités de distribution. Il analyse les performances de la chaîne d’approvisionnement concernée dans différents scénarios dans lesquels certains paramètres varient: le temps de mise à disposition des camions, le temps nécessaire pour obtenir les camions, le point de commande et l’état souhaité de l’inventaire. «Les résultats apportent la meilleure alternative de décision en matière de coûts et de niveaux des inventaires en tenant compte du cycle de vie de la capacité de transport, du temps nécessaire pour obtenir une capacité de transport supplémentaire, du point de commande les jours de stock et de l’inventaire cible», avancent les auteurs de l’étude. Le modèle de simulation de la dynamique du système pourrait également être adapté à d’autres chaînes d’approvisionnement alimentaire ayant différents centres de distribution et nécessitant une politique d’inventaire et une gestion des capacités de transport.

La prochaine génération de chaînes d’approvisionnement durables

Les progrès technologiques apportés par la quatrième révolution industrielle, ou l’industrie 4.0 pourraient interférer avec la durabilité des systèmes industriels actuels. Des pratiques de gestion sont donc nécessaires dans les systèmes des chaînes d’approvisionnement qui exploitent ces avancées, tout en tenant compte des aspects de la durabilité environnementale, sociale et économique en vue de neutraliser les répercussions négatives de l’industrie 4.0. Dans cette optique, l’équipe de recherche de Diverfarming a mené un examen documentaire des recherches actuelles sur les chaînes d’approvisionnement 4.0 (à savoir, celles qui utilisent les technologies de l’industrie 4.0). Publié dans la revue «Sustainability», il passe en revue 54 articles sur les chaînes d’approvisionnement et les classe en fonction de la durabilité environnementale, sociale et économique. Les résultats montrent que les aspects environnementaux et économiques ont fait l’objet de plus d’attention que l’aspect social dans les recherches pertinentes sur les chaînes d’approvisionnement de prochaine génération. L’objectif du projet Diverfarming (Crop diversification and low-input farming across Europe: from practitioners engagement and ecosystems services to increased revenues and chain organisation) consiste à renforcer la diversification et la biodiversité en Europe et à promouvoir le développement durable de la bioéconomie. Le projet s’achèvera en avril 2022. Pour plus d’informations, veuillez consulter: site web du projet Diverfarming

Mots‑clés

Diverfarming, chaîne d’approvisionnement, modèle de simulation, inventaire, transport

Articles connexes

Politiques et directives