Skip to main content

Article Category

Article available in the folowing languages:

Façonner l’avenir du diagnostic des phytoravageurs dans l’UE

Un consortium pluridisciplinaire défend la lutte contre les phytoravageurs en améliorant la fiabilité des tests utilisés pour leur détection et leur identification.

Alimentation et Ressources naturelles

Chaque année, environ 40 % des cultures vivrières mondiales sont perdus à cause des ravageurs et des maladies. Cela a un effet néfaste sur la sécurité alimentaire, la durabilité de l’agriculture et l’économie. Une détection et une identification rapides, précises et fiables des ravageurs sont essentielles pour résoudre ce problème. Cependant, ces tests sont pour la plupart validés sur une base intra-laboratoire ou à travers des études limitées de performance des tests, ce qui remet en question leur qualité et leur validité et met en évidence la nécessité de processus de validation de test harmonisés. Le projet VALITEST, financé par l’UE, entend remédier à cet état de fait. «Notre objectif principal était d’améliorer la fiabilité du diagnostic phytosanitaire», explique Mathieu Rolland, adjoint au coordinateur du projet. Pour y parvenir, le premier objectif du projet était de compléter ou de produire de nouvelles données de validation pour la détection et l’identification des phytoravageurs qui intéressent diverses parties prenantes. Cela va de pair avec les objectifs d’harmonisation des procédures et d’encouragement et d’amélioration des interactions entre les parties prenantes pour de meilleurs diagnostics.

Transformer le diagnostic

Les données de validation ne sont pas disponibles pour tous les tests utilisés dans les laboratoires de diagnostic des phytoravageurs. Par conséquent, pour garantir la qualité et la validité des résultats, des données de validation supplémentaires sont nécessaires. Pour répondre à ce besoin, le projet a organisé deux séries d’études de performance des tests, au cours desquelles ont été réalisés et analysés 83 tests de détection portant sur 11 organismes nuisibles et comprenant environ 10 000 échantillons. «En conséquence, nous avons généré des données de validation pour ces ravageurs prioritaires et, dans le processus, les procédures de validation ont été améliorées et harmonisées», fait remarquer Mathieu Rolland. Les travaux de VALITEST ont également conduit à un cadre amélioré, proposant de nouveaux outils statistiques pour l’analyse des données de validation et des lignes directrices, pour assurer la fiabilité des résultats obtenus avec un séquençage à haut débit. Ce cadre servira à réviser les normes pertinentes de l’Organisation européenne et méditerranéenne pour la protection des plantes (OEPP) PM 7/98 et PM 7/122 ou en rédiger de nouvelles. «Nous avons également développé de nouvelles directives pour la production de matériaux de référence, essentielles pour la validation fiable des tests et pour les diagnostics de routine», ajoute Mathieu Rolland.

L’avenir des tests et de la santé des végétaux

L’évaluation des compétences, suivant une approche horizontale, peut aider les laboratoires à gérer et à démontrer leur compétence et leur maîtrise des essais. En optimisant cette évaluation, les besoins et les points de vue des laboratoires sur les tests d’aptitude horizontaux ont été identifiés grâce à une enquête que le projet a envoyée aux laboratoires enregistrés dans la base de données de l’OEPP sur l’expertise en diagnostic. Des discussions avec les organismes d’accréditation ont commencé sur une éventuelle approche phytosanitaire concernant le niveau et la fréquence des essais d’aptitude dans les laboratoires. «En outre, des activités de formation en ligne — une série de séminaires en ligne et de sessions pratiques — sur le concept de validation, l’organisation des études de performance des tests, ainsi que le développement, la validation et la routine des tests de séquençage à haut débit ont été organisés pour les laboratoires de diagnostic», confirme Mathieu Rolland. VALITEST a pour objectif de mettre sur le marché des tests validés selon les normes internationales et produits par les PME fabriquant des kits de diagnostic. Une charte de l’UE sur le diagnostic phytosanitaire décrivant les procédures de qualité pour la production et la validation des tests commerciaux produits par les fabricants de l’UE est en cours d’élaboration. Cette charte contribuera à garantir la qualité et la fiabilité des produits. En parallèle, «le projet et nos partenaires jettent les bases d’une association européenne de l’Association de l’industrie du diagnostic phytosanitaire», conclut Mathieu Rolland. Cela garantira la durabilité du marché des PME.

Mots‑clés

VALITEST, diagnostics, phytoravageurs, données de validation, santé des végétaux, études de performance des tests, OEPP, protection des végétaux

Découvrir d’autres articles du même domaine d’application