Skip to main content

Article Category

Article available in the folowing languages:

L’argent de l’impression: comment l’économie des maisons d’édition du XVIe siècle a remodelé l’Europe

De nouvelles recherches montrent que les caractères mobiles n’ont pas suffi à lancer la Renaissance: elle a également nécessité le concours d’une industrie de l’impression dynamique et compétitive.

Société

L’invention de l’imprimerie, par Johannes Gutenberg, a déclenché une révolution culturelle dans l’Europe du XVIe siècle. En abaissant le prix de la diffusion des connaissances, elle a joué un rôle clé dans les changements de société, en particulier dans la croyance en la religion. Pourtant, peu d’analyses quantitatives ont été menées pour mesurer l’impact de cette innovation. Le projet INFO TECHNOLOGY, financé par l’UE, voulait faire la lumière sur la manière dont le secteur de l’imprimerie a contribué à façonner les idées partagées par le public. «Il s’agit de savoir comment l’un des plus grands changements de l’histoire de l’information s’est joué et a changé l’Europe», déclare le coordinateur du projet Jeremiah Dittmar.

Démarrage de la Renaissance

Jeremiah Dittmar et son équipe ont réalisé un travail de détective historique pour identifier chaque imprimeur de langue allemande opérant dans l’Europe centrale du XVIe siècle, avec des détails sur les types de documents qu’ils produisaient au fil du temps. Ils ont ensuite utilisé des outils d’exploration de données, tels ceux généralement utilisés pour l’analyse des sentiments sur les réseaux sociaux, pour dégager des tendances dans les types d’idées partagées dans les œuvres publiées. «Nous avons rassemblé des preuves détaillées sur la structure concurrentielle de l’industrie de l’imprimerie», explique Jeremiah Dittmar, qui a réalisé les travaux à la London School of Economics and Political Science, au Royaume-Uni. «Ce que cela nous permet de montrer, c’est qu’une multitude de changements attribués à la technologie elle-même ont été façonnés par l’économie sous-jacente de cette industrie.» Contrairement aux guildes, qui étaient l’archétype commercial courant à l’époque, l’édition était en grande partie non réglementée et accessible à quiconque pouvait réunir le gros investissement initial nécessaire pour créer une presse et attirer une écurie d’auteurs. «C’était une industrie très concentrée, avec une poignée de producteurs cherchant à dominer les marchés locaux», explique Jeremiah Dittmar. Son équipe a constaté que plus les petites maisons d’édition étaient nombreuses à se disputer un marché, plus la variété de documents partagés avec le public était grande. Dans les régions où seuls quelques éditeurs dominaient, comme Cologne, le contrôle des idées nouvelles et la censure des opinions dissidentes étaient plus prononcés. «Là où les marchés étaient plus compétitifs, nous constatons de fortes augmentations de la production globale, une réduction des prix et une plus grande diffusion de contenus innovants, radicaux et socialement audacieux», déclare Jeremiah Dittmar. «La concurrence économique a conduit à la diffusion d’idées qui étaient autrement étroitement contrôlées.»

Anciens et nouveaux oligopoles

Cet étranglement des idées ne s’est pas limité aux œuvres religieuses et politiques. Dans les villes où le secteur de l’édition était diversifié, les innovations commerciales se sont répandues plus vite. Il s’agissait notamment de paiements sans numéraire et de nouvelles techniques comptables. «Nous observons toutes sortes de conséquences en aval, davantage d’individus réalisent des choses dans le domaine des affaires, des villes qui se développent de manière plus dynamique», déclare Jeremiah Dittmar. «La presse libre est un moteur pour l’ensemble de l’économie.» La découverte selon laquelle les oligopoles ont une forte influence sur l’ampleur des idées partagées dans la société est très pertinente avec l’avènement du world wide web, autre outil d’édition révolutionnaire et contrôlé par un petit nombre d’entreprises. «On suppose parfois que la science et la technologie s’inscrivent sans problème dans le développement des idées et le développement économique», indique Jeremiah Dittmar. «Cette histoire indique que la nature de la concurrence économique façonne la façon dont la science et la technologie entraînent des résultats sociaux et culturels.»

Mots‑clés

INFO TECHNOLOGY, impression, presse, édition, entreprise, guilde, censure, économique, concurrence, oligopoles, culturel, idées

Découvrir d’autres articles du même domaine d’application