Skip to main content

Article Category

Actualités

Article available in the folowing languages:

TENDANCES SCIENTIFIQUES: Barbie voyage dans l’espace pour inspirer les jeunes femmes

La poupée la plus emblématique au monde tente d’intéresser les jeunes filles aux carrières spatiales.

Recherche fondamentale

Fabriquée par la société américaine de jouets Mattel, Inc. il y a plus de 60 ans, Barbie a parcouru un long chemin depuis ses débuts en tant que mannequin pour adolescentes. Les femmes extraordinaires qui ont une poupée à leur effigie sont désormais largement répandues.

Poupée Barbie, nous avons décollé

Comment inciter davantage de filles à devenir les astronautes, les ingénieures et les scientifiques de l’espace de demain? En plaçant la poupée Barbie à l’effigie de l’astronaute de l’Agence spatiale européenne (ESA) Samantha Cristoforetti dans l’espace lors d’un vol en apesanteur. L’astronaute, qui s’entraîne pour sa prochaine mission à bord de la Station spatiale internationale (ISS) en avril 2022, est un modèle exceptionnel. Samantha Cristoforetti est la première femme italienne à être allée dans l’espace, et la seule femme astronaute active en Europe. Elle a passé 200 jours à bord de l’ISS entre 2014 et 2015. À l’époque, c’était la plus longue période passée dans l’espace par un Européen. Samantha Cristoforetti en est très fière. «Je suis très heureuse que les poupées Barbie reflètent aujourd’hui non seulement la morphologie des femmes de la vraie vie, mais aussi une gamme complète de leurs réalisations professionnelles», a‑t‑elle commenté dans une déclaration de l’ESA en 2019, lorsque l’ESA et Mattel, Inc. se sont associés pour créer deux poupées uniques, l’une avec une combinaison de sortie dans l’espace et l’autre avec une combinaison de vol bleue. «J’espère que cela aidera les filles et les garçons à imaginer leur avenir sans être contraints par des limites artificielles, qui, de nos jours, n’ont plus leur place.» Grâce à l’ESA, les deux poupées ont été utilisées par Barbie Mattel Italia pour promouvoir le projet Dream Gap Project. Au cœur de ce projet, de nouvelles recherches ont montré que les jeunes filles, dès l’âge de cinq ans, pensaient déjà qu’elles n’étaient pas faites pour certaines activités à dominante masculine en raison des stéréotypes culturels et de la manière dont les médias les dépeignaient. «L’un des objectifs de l’ESA est d’être une source d’inspiration pour l’ensemble des citoyens européens», a déclaré, dans le communiqué, Ersilia Vaudo, responsable de la diversité à l’ESA. «L’ESA est fière d’être associée à cette initiative, qui combat les stéréotypes et encourage les filles et les jeunes femmes à poursuivre leurs rêves, quels qu’ils soient.» Pour marquer la Semaine mondiale de l’espace (du 4 au 10 octobre), qui célèbre cette année les femmes dans l’espace, la poupée Barbie de Samantha Cristoforetti a voyagé et flotté lors d’un vol en apesanteur lancé depuis la base allemande de l’ESA. Elle a imité la préparation d’un astronaute avant son départ dans l’espace.

Continuer à viser les étoiles

«La mini poupée Samantha Cristoforetti a déjà effectué un vol parabolique, elle a donc déjà une certaine expérience de l’apesanteur», a déclaré Samantha Cristoforetti à «Reuters». «J’espère vraiment qu’en montrant cela, nous parviendrons à susciter un certain enthousiasme, notamment chez les jeunes filles… Peut‑être que ces images allumeront une étincelle de passion dans le cœur d’une petite fille. Ce serait incroyable.» «Il suffit parfois de peu de choses pour semer les graines de grands rêves, qui sait?» a‑t‑elle déclaré à la «BBC». «Peut‑être que les images amusantes de ma poupée flottant en apesanteur éveilleront l’imaginaire des enfants et les amèneront à envisager une carrière dans la STEM», c’est‑à‑dire les sciences, les technologies, l’ingénierie et les mathématiques. L’authentique poupée Barbie à l’effigie de Samantha Cristoforetti est disponible à la vente. Les recettes seront reversées à Women in Aerospace Europe, une organisation internationale à but non lucratif basée aux Pays‑Bas qui inspire la prochaine génération par le biais de bourses d’étude.

Mots‑clés

espace, Barbie, poupée, Agence spatiale européenne, Samantha Cristoforetti, fille, femme