Skip to main content
European Commission logo print header

Deep Green Island Mode 2

Article Category

Article available in the following languages:

Des cerfs-volants sous-marins fournissent de l’énergie verte aux insulaires

Une nouvelle technologie ingénieuse transforme les courants de marée de faible intensité en une source rentable d’énergie renouvelable pour les petites îles.

Énergie icon Énergie

Fournir une énergie propre et abordable aux communautés insulaires représente un défi de taille. En raison de leur taille et de leur isolement, les petites îles dépendent généralement des importations de combustibles fossiles pour leur approvisionnement énergétique, ce qui représente un processus coûteux et polluant. Les sources classiques d’énergie renouvelable présentent aussi des inconvénients pour de nombreuses îles, notamment la rareté ou le caractère imprévisible des ressources disponibles. Le projet DGIM2, financé par l’UE, a procédé à la démonstration d’une solution permettant de surmonter ces difficultés en fournissant une énergie verte et rentable aux îles Féroé. Cette solution repose sur une technologie unique de cerf-volant sous-marin baptisée Deep Green et développée par l’entreprise Minesto, qui accueille le projet. «Le principal objectif du projet DGIM2 consistait à préparer la technologie Deep Green pour la phase de commercialisation. Nous avons réussi à vérifier que ces centrales étaient capables de remplacer les générateurs diesel dans les micro-réseaux», indique Martin Edlund, PDG de Minesto. Cette technologie exploite l’énergie renouvelable des courants de marée de faible intensité et l’injecte dans un réseau électrique. De quoi s’agit-il en pratique?

La puissance des marées

«Imaginez que vous fassiez voler un cerf-volant dans le vent. En déplaçant le cerf-volant latéralement, vous remarquerez qu’il vole rapidement, bien plus vite que le vent. Imaginez que vous fixiez une turbine au cerf-volant et que vous le placiez dans l’océan, où il sera entraîné par le courant au lieu du vent: c’est précisément le concept de notre technologie Deep Green», explique Bernt Erik Westre, directeur technique de Minesto. «Sur notre cerf-volant, la turbine entraîne un générateur qui produit de l’électricité. L’“amarre” qui retient le cerf-volant transfère l’électricité jusqu’au point d’ancrage installé sur le fond marin. Ensuite, un câble conduit l’électricité jusqu’à la côte, où elle alimente le réseau. Un système de contrôle automatique est installé à bord du cerf-volant. Nous le supervisons et le contrôlons à partir d’un site situé sur la terre ferme.» Cette technologie révolutionnaire présente plusieurs avantages par rapport aux systèmes existants. Alors que les technologies classiques d’énergie marémotrice nécessitent des courants rapides de plus de 2,5 mètres par seconde, Deep Green peut fonctionner sur des sites présentant de faibles courants, qui couvrent une zone géographique beaucoup plus étendue. Ce système léger fournit une énergie renouvelable prévisible pour des coûts d’exploitation et de maintenance comparativement faibles. Ce nouveau type de centrale présente également l’avantage compétitif de fonctionner en immersion totale, à l’abri des regards, un aspect essentiel pour les îles dont une grande partie de l’économie dépend du tourisme. L’essai mené aux îles Féroé a permis de faire la démonstration d’un prototype qui a fourni de l’électricité au réseau féroïen sur des cycles de marée complets, en affichant des performances satisfaisantes. Les résultats obtenus incluent également une courbe de puissance, des procédures opérationnelles maritimes pour son déploiement et sa récupération, ainsi qu’une méthodologie pour les évaluations externes de ses performances énergétiques. «Le projet a prouvé que les opérations maritimes requises pour cette centrale électrique pouvaient être exécutées de manière rentable en utilisant de petits navires, même pendant les mois d’hiver», observe Bernt Erik Westre.

Un marché mondial

La démonstration réussie a permis à l’équipe du projet de faire un pas de plus vers le déploiement commercial de sa technologie à l’échelle des réseaux énergétiques. Parallèlement à un accord prolongé avec la société publique SEV des îles Féroé, des démonstrations sont prévues à l’île de Bréhat, en France, et à Holyhead, au Pays de Galles, en collaboration avec des partenaires locaux. Les possibilités de déploiement vont bien au-delà des seules petites îles. «Plusieurs pays exposés à des courants de marée ou des courants océaniques sont intéressés par notre technologie. Dans le monde, les sites à faible débit représentent au moins la moitié des sites soumis à des courants de marées, ainsi que la plupart des sites soumis à des courants océaniques: le potentiel mondial de notre technologie est considérable», conclut Martin Edlund.

Mots‑clés

DGIM2, courants de marée, petites îles, énergie renouvelable, îles Féroé, cerf-volant sous-marin, Deep Green, centrale électrique

Découvrir d’autres articles du même domaine d’application