CORDIS - Résultats de la recherche de l’UE
CORDIS

Multi-modal, multi-scale retinal imaging

Article Category

Article available in the following languages:

L’imagerie de haute technologie offre un espoir pour le traitement des maladies rétiniennes

La détection des maladies rétiniennes est un défi, et de nombreuses pathologies peuvent ne pas être diagnostiquées. Aujourd’hui, une nouvelle technologie d’imagerie a été mise au point et pourrait permettre de poser des diagnostics précis et précoces, améliorant ainsi potentiellement la qualité de vie de millions de patients.

Santé icon Santé

La rétine, membrane sensorielle située à l’arrière de l’œil qui détecte la lumière, est essentielle à une vision claire. Les maladies rétiniennes telles que la dégénérescence maculaire liée à l’âge (DMLA) et la rétinopathie diabétique (RD) sont des causes majeures de déficience visuelle et de cécité, et peuvent avoir un impact grave sur la qualité de vie des patients. «En raison notamment du vieillissement de la population, le nombre de patients touchés par les maladies rétiniennes va doubler au cours des 40 prochaines années», déclare Xavier Levecq, coordinateur du projet MERLIN et directeur technique de Imagine Eyes, en France. «De plus en plus de nouvelles thérapies efficaces sont disponibles pour traiter ces pathologies, ce qui est une bonne chose.» Cependant, un grand nombre de patients ne sont toujours pas diagnostiqués. L’une des raisons en est que les technologies d’imagerie de pointe actuelles sont encore limitées dans leur capacité à distinguer les détails minuscules de la rétine des patients. Cela signifie que de nombreuses maladies peuvent se développer «silencieusement» pendant des années et causer des dommages importants aux cellules rétiniennes sans être détectées.

Amélioration de l’imagerie rétinienne

Le projet MERLIN a cherché à résoudre ce problème de santé en améliorant l’imagerie rétinienne. «Notre ambition était de développer un nouveau dispositif d’imagerie rétinienne qui réponde à des besoins cliniques non satisfaits», explique Xavier Levecq. «Tout d’abord, nous voulions permettre aux médecins de traiter les patients avant qu’une perte de vision irréversible ne survienne, grâce à une technologie d’imagerie qui révèle les signes précoces et microscopiques de la maladie dans la rétine.» Le deuxième objectif était d’apporter une solution pour réduire la durée des essais de médicaments, avec un dispositif capable de mesurer les changements microscopiques des lésions rétiniennes au fil du temps. «Enfin, nous voulions apporter une base solide pour le développement d’approches thérapeutiques personnalisées, grâce à des informations diagnostiques complètes au niveau cellulaire dans la rétine», ajoute Xavier Levecq. Pour atteindre ces objectifs, MERLIN s’est appuyé sur un projet antérieur appelé FAMOS, qui a mis au point un prototype de dispositif capable d’imager la rétine en 3D à l’échelle cellulaire. MERLIN a cherché à rapprocher cette technologie du marché et à améliorer encore sa précision. Pour ce faire, il a incorporé: un ophtalmoscope laser à balayage, qui prend des images de la rétine à grande vitesse; la technologie de tomographie par cohérence optique (TCO), qui peut capturer des informations détaillées des différentes couches de la rétine; et enfin, la technologie d’angiographie TCO, qui peut analyser le système vasculaire 3D de la rétine. «Ces trois modalités d’imagerie peuvent être utilisées à différentes échelles», fait‑t‑il remarquer. «L’appareil offre un large aperçu de la rétine, tandis qu’à l’échelle microscopique, il est capable de détecter les lésions en 3D dans les couches rétiniennes.»

Des dispositifs diagnostiques efficaces

Xavier Levecq et son équipe sont convaincus que la précision de cette nouvelle technologie pionnière permettra de détecter plus tôt les maladies rétiniennes, de réduire considérablement le nombre de patients non diagnostiqués et d’aboutir à des traitements plus rapides et personnalisés. «Le projet MERLIN n’est que le début de l’histoire», déclare Xavier Levecq. «Nous sommes désormais dans la première phase d’industrialisation de cette technologie. La prochaine étape consiste à finaliser un produit optimisé pour la recherche clinique et les essais thérapeutiques.» Xavier Levecq et son équipe sont également en train de rechercher des financements industriels pour développer une nouvelle caméra rétinienne multimodale et multi‑échelle, adaptée aux examens cliniques de routine. «Lorsque mes deux cofondateurs et moi‑même avons créé Imagine Eyes en 2003, nous voulions apporter aux médecins un outil diagnostique qui puisse les aider à lutter efficacement contre les maladies rétiniennes», explique‑t‑il. «C’est pourquoi nous sommes si enthousiastes à l’idée de pouvoir mettre cette nouvelle technologie sur le marché.»

Mots‑clés

MERLIN, rétine, œil, maladies, imagerie rétinienne, cellulaire, optique, laser

Découvrir d’autres articles du même domaine d’application