Skip to main content

Decarbonising Transport in Europe

Article Category

Article available in the folowing languages:

Décarboniser le secteur des transports de l’Europe

Le transport de passagers et de marchandises génère environ un quart des émissions totales de carbone de l’Europe. Un projet financé par l’UE a modélisé l’impact des politiques d’atténuation des émissions afin d’aider les décideurs à atteindre les objectifs de la Commission européenne en matière d’émissions de carbone pour ce secteur.

Transports et Mobilité

Les transports sont essentiels à la prospérité économique de l’Europe et à sa position dans les chaînes d’approvisionnement mondiales. Or, ce secteur génère environ 25 % des émissions totales de gaz à effet de serre de l’UE, ce qui représente un enjeu climatique de taille. Dans le cadre du pacte vert pour l’Europe, l’UE s’est donc engagée à réduire de 90 % les émissions de carbone du secteur des transports d’ici 2050. Ces objectifs ne pourront être atteints qu’en évaluant l’impact des mesures d’atténuation, afin de garantir la mise en place des stratégies les plus efficaces. Le projet DTEU, financé par l’UE, a développé une série de modèles avancés du secteur des transports européen, afin de fournir des données quantitatives détaillées sur l’impact des mesures d’atténuation du CO2. L’équipe de DTEU a modélisé deux vastes scénarios de réduction des émissions de carbone – l’un fondé sur les politiques actuelles, l’autre sur des politiques plus ambitieuses – afin d’analyser les progrès que des politiques spécifiques permettront de réaliser en matière de décarbonisation du secteur des transports de l’Europe. L’analyse a révélé l’ampleur des efforts à fournir pour que l’Europe atteigne ses objectifs, sachant que les politiques actuelles ne permettront en aucun cas d’atteindre l’objectif de réduction de 90 %. «Même dans le cadre du scénario le plus ambitieux, l’objectif de limiter les émissions de CO2 du secteur des transports à environ 60 millions de tonnes d’ici 2050 ne sera pas réalisable», déclare Elisabeth Windisch, responsable de l’équipe chargée de l’analyse des politiques empiriques, au Forum international des transports. «Cela dit, cette politique plus ambitieuse suffirait à réduire d’environ 60 % les émissions de CO2 des transports, ce qui au moins dépasserait le précédent objectif de décarbonisation de la Commission, fixé en 2011», fait-elle remarquer.

Modéliser les politiques d’atténuation des émissions de carbone

Les scénarios ont été élaborés avec la participation de diverses parties prenantes du secteur et représentent le transport rural, urbain, de passagers et de marchandises. Le projet a analysé les politiques afin d’en évaluer le potentiel au cours des trois prochaines décennies. Les politiques actuelles ou planifiées constituent le scénario «Ambition actuelle». Des versions plus agressives de ces mêmes politiques, accompagnées de mesures de décarbonisation supplémentaires – mesures considérées comme techniquement et politiquement réalisables – ont constitué la catégorie «Ambition élevée». L’équipe du DTEU a travaillé avec des parties prenantes de l’industrie, du monde universitaire, des ONG et des gouvernements pour garantir que les scénarios soient à la fois ambitieux et réalistes. Cela a permis de veiller à ce que les deux voies soient compatibles avec les objectifs du pacte vert pour l’Europe et de la stratégie de mobilité durable et intelligente de l’UE. Grâce à ce dialogue inclusif, les membres des secteurs public et privé ont pu être associés à l’élaboration de la future politique européenne. Cet aspect collaboratif du projet était particulièrement important pour l’équipe, explique Elisabeth Windisch. «Nous sommes particulièrement fiers d’avoir fait participer au projet un large éventail de parties prenantes, allant des décideurs politiques aux universitaires, en passant par les ONG, les banques de développement internationales, les entreprises et autres», ajoute-t-elle.

Alimenter la politique future des transports

L’équipe de DTEU espère que les résultats du projet déboucheront sur des actions et des mesures plus concrètes destinées à décarboniser le secteur des transports de l’Europe. «Les mesures de décarbonisation devraient contribuer à renforcer la résilience, la durabilité, l’accessibilité et l’équité des transports, conformément aux objectifs du pacte vert pour l’Europe. «Cela pourrait non seulement profiter à l’environnement, mais également améliorer la qualité de vie des citoyens européens», fait remarquer Elisabeth Windisch. «Menées de la bonne manière, les nouvelles options de mobilité peuvent également améliorer l’accès des citoyens à diverses opportunités, par exemple en réduisant les embouteillages et en offrant des alternatives plus nombreuses et moins coûteuses à l’utilisation des véhicules privés.»

Mots‑clés

DTEU, climat, défi, transport, secteur, atténuation, politiques, modélisation, décarbonisation

Découvrir d’autres articles du même domaine d’application

Progrès scientifiques
Économie numérique
Transports et Mobilité

21 Decembre 2021