Skip to main content
European Commission logo print header

Article Category

Article available in the following languages:

Un réseau paneuropéen pour dynamiser l’agroécologie

Les projets d’agroécologie prennent racine dans toute l’Europe. Le projet AE4EU, financé par l’UE, a pour vocation de diffuser les bonnes pratiques en améliorant la mise en réseau et les infrastructures.

Alimentation et Ressources naturelles icon Alimentation et Ressources naturelles

Il devient primordial que les pratiques agricoles tiennent compte non seulement des quotas de production, mais également de chaque élément vivant et non vivant de l’écosystème des terres agricoles. Des alternatives telles que l’agriculture biologique peuvent constituer un progrès pour les consommateurs qui souhaitent des aliments produits de manière plus durable, mais sa capacité à endiguer à elle seule l’impact du secteur sur les écosystèmes reste limitée. C’est là que le concept d’agroécologie entre en jeu. La recherche est essentielle pour faire progresser l’agroécologie. Elle est de plus en plus considérée comme la seule voie viable vers des systèmes alimentaires durables. Pourtant, malgré tout ce potentiel, les projets de recherche liés à l’agroécologie sont jusqu’à présent restés limités et fragmentés en raison d’un manque de coordination paneuropéenne. Le consortium du projet AE4EU (Agroecology for Europe), composé de 12 partenaires issus de 10 pays européens, affirme que les connaissances éparses ou isolées sur l’agroécologie dans la recherche, la pratique, l’éducation, la formation et les politiques doivent être rassemblées et mises à la disposition d’un grand nombre de parties prenantes. AE4EU poursuit six objectifs principaux. Le premier consiste à accroître les connexions entre les acteurs concernés. Les partenaires du projet recenseront toutes les initiatives locales, les politiques nationales et régionales, les efforts de recherche coopérative ainsi que tous les acteurs impliqués, afin de créer un réseau d’échange européen sur l’agroécologie. L’équipe du projet mettra en place trois laboratoires vivants en Italie, aux Pays-Bas et au Royaume-Uni, dans le but d’identifier les mécanismes susceptibles de renforcer les écosystèmes de recherche et d’innovation agroécologiques en Europe. Ces laboratoires vivants cibleront les agriculteurs, ainsi que les chercheurs, les décideurs politiques et les citoyens. Les partenaires du projet analyseront ensuite et fourniront des recommandations aux financeurs afin de renforcer la complémentarité de leurs efforts. Le projet combinera des approches descendantes et ascendantes afin de comprendre comment le financement est accordé, ce qui fonctionne et ce qui ne fonctionne pas. Le quatrième objectif consiste à utiliser le réseau d’échange européen sur l’agroécologie pour faciliter les échanges de connaissances. Ils fourniront enfin des recommandations concernant les politiques futures, et développeront une feuille de route et un cadre pour le futur partenariat européen de R&I en agroécologie. Ce dernier point est essentiel à l’approche AE4EU, car il permettra «d’accélérer la transition vers des pratiques durables en matière d’agriculture et de systèmes alimentaires en encourageant la mise en réseau, la connectivité et l’innovation basée sur le lieu dans un environnement co-créatif», selon le site web du projet. Bien que le projet n’en soit qu’à ses débuts, les premières conclusions sur la nature et l’efficacité du financement existant de l’agroécologie ont déjà été publiées. L’équipe a fourni une base de données complète des projets, programmes et institutions pertinents, a rédigé des notes d’orientation pour la nouvelle politique agricole commune et le pacte vert pour l’Europe, et a initié la co-création de ce que le projet appelle un «réseau global de réseaux agroécologiques en Europe».

Mots‑clés

AE4EU, agroécologie, pacte vert, réseau d’échange, durable, échange de connaissances