Skip to main content
European Commission logo print header

HEAT PUMPS SKILLS FOR NZEB CONSTRUCTION

Article Category

Article available in the following languages:

Développer les compétences nécessaires pour exploiter le potentiel des pompes à chaleur

Le projet HP4All a conçu différentes ressources qui promeuvent les compétences nécessaires pour répondre à la demande en forte croissance de pompes à chaleur. Il entend ainsi contribuer à la réalisation des objectifs de l’UE en matière de climat et dans le cadre de REPowerEU.

Changement climatique et Environnement icon Changement climatique et Environnement

Plus efficaces que les chaudières à combustibles fossiles, les pompes à chaleur réduisent les coûts énergétiques sur l’ensemble du cycle de vie. Si elles sont alimentées par de l’électricité verte, elles diminuent également l’empreinte carbone. Dans les bâtiments, elles peuvent assurer le chauffage des locaux et de l’eau chaude sanitaire, ainsi que leur refroidissement s’il s’agit de systèmes réversibles. Selon l’Association européenne des pompes à chaleur, l’UE compte déjà 16,98 millions de pompes à chaleur installées, soit 14 % du marché du chauffage, et les ventes ont augmenté de 34 % en 2021. «Nous constatons déjà une augmentation de la demande de compétences tout au long de la chaîne de valeur, de la fabrication en usine à l’installation, tant pour les nouveaux professionnels que pour ceux qui se recyclent», note Padraic O’Reilly, coordinateur du projet HP4All (Heat Pumps Skills for NZEB Construction), financé par l’UE. HP4All a élaboré un ensemble de mesures pilotes visant à améliorer la sensibilisation et les compétences des Européens en matière de pompes à chaleur. «Nous avons sensibilisé les utilisateurs finaux à l’intérêt des pompes à chaleur de haute qualité, tout en offrant une formation sur mesure et en promouvant les options existantes afin de renforcer les compétences nécessaires pour répondre à la demande croissante», ajoute Padraic O’Reilly.

Trois projets pilotes régionaux

HP4All a mené trois projets pilotes régionaux, chacun représentant différents degrés de maturité du marché. Pour mieux comprendre chaque marché, l’équipe a interrogé les parties prenantes, notamment les installateurs, les concepteurs de systèmes, les fabricants, les utilisateurs finaux et les prestataires de formation. «Cela nous a permis d’identifier les besoins spécifiques de chaque région pilote, afin de mettre en place des activités et des formations sur mesure», explique Padraic O’Reilly. Le projet pilote irlandais s’est principalement concentré sur les autorités locales et leurs installations de pompes à chaleur, mais aussi sur les dispositifs à grande échelle et les équipements domestiques privés. HP4All a dispensé une formation aux autorités locales dans une première tentative de fournir au personnel qui sera responsable des installations les informations dont il a besoin et une source de références supplémentaires si nécessaire. Le projet pilote de Haute-Autriche visait à stimuler le marché des applications de pompes à chaleur à moyenne et grande échelle (commerciales et industrielles). Ses activités étaient donc destinées à surmonter les difficultés actuelles, telles que le faible niveau de sensibilisation des planificateurs et des utilisateurs, ainsi que le manque de compétences. Les activités pilotes en Andalousie, en Espagne, ont exploité le potentiel du secteur public pour stimuler la demande par le biais de promotions publiques et ont tiré parti de sa position d’influenceur clé du marché, capable de prendre des initiatives législatives, administratives et financières. Ce projet pilote était principalement axé sur les pompes à chaleur pour les bâtiments publics (résidentiels et non résidentiels).

Ressources d’habilitation

Le projet HP4All a élaboré un cadre de compétences décrivant les aptitudes (regroupées en grappes techniques, clients et entreprises) considérées comme vitales pour la croissance du secteur des pompes à chaleur. Ce cadre a été établi après consultation des parties prenantes par le biais d’ateliers et d’enquêtes, d’entretiens avec des groupes d’experts en pompes à chaleur et de tables rondes, telles que celles organisées par l’Association européenne des pompes à chaleur, un des partenaires du consortium. Ces travaux ont été complétés par des recherches documentaires, notamment sur des modèles comparables dans d’autres domaines. Pour conserver et partager les ressources produites et rassemblées dans le cadre des projets pilotes, un Knowledge Hub a été créé pour chacun d’entre eux. Il comprend un outil d’évaluation comparative des pompes à chaleur et un ensemble de ressources spécialisées pour chaque étape de la chaîne d’approvisionnement. «Ces outils facilitent la prise de décision, une fois que les utilisateurs ont acquis des connaissances sur les performances opérationnelles, grâce à des informations sur les facteurs saisonniers, la consommation d’énergie et les coûts prévisionnels, en fonction du type de bâtiment et de pompe à chaleur», explique Padraic O’Reilly. Sur la base des enseignements tirés du projet, le consortium a également formulé des recommandations politiques pour aider les autorités publiques à différents niveaux de gouvernance à garantir la disponibilité de professionnels qualifiés. «Nous mettons en évidence les domaines dans lesquels les réglementations doivent être modifiées et nous soulignons que la pénurie de compétences est un obstacle important à la réalisation non seulement des initiatives relatives aux pompes à chaleur, mais aussi d’autres initiatives connexes, telles que le pacte vert pour l’Europe et la vague de rénovation», souligne Padraic O’Reilly.

Relever les défis

Le secteur estime que d’ici à 2030, le nombre de travailleurs spécialisés dans la fabrication, l’installation et l’entretien des pompes à chaleur doit augmenter de 50 %. Par ailleurs, il faut qu’au moins 50 % des travailleurs actuels de l’industrie de l’énergie se recyclent dans ces technologies. La stratégie de l’UE pour l’intégration sectorielle prévoit qu’en 2030, 40 % des bâtiments résidentiels et 65 % des bâtiments commerciaux seront chauffés à l’électricité, la plupart à l’aide de pompes à chaleur. «Davantage d’investissements dans le recyclage et l’amélioration des compétences sont nécessaires, ainsi que des programmes d’incitation pour attirer de nouveaux professionnels. Une nouvelle approche, promouvant le micro-crédit et l’apprentissage numérique/hybride, ainsi que la reconnaissance mutuelle des compétences, devrait également être envisagée», ajoute Padraic O’Reilly. Les pays observateurs de HP4All (Croatie, Portugal et Roumanie) ont désormais l’intention d’être parmi les premiers à adopter le paquet HP4All et l’équipe prévoit de reproduire son modèle dans 10 autres régions et États membres d’ici à 2030.

Mots‑clés

HP4All, pompes à chaleur, énergie, pacte vert, compétences, micro-crédits