CORDIS - Résultats de la recherche de l’UE
CORDIS

NEXT GENERATION NANOPARTICLE-BASED ANTIBACTERIAL TREATMENT FOR INFECTED WOUNDS

Article Category

Article available in the following languages:

Une innovation nanotechnologique donne de l’espoir aux personnes souffrant de plaies chroniques

Un pansement contenant des combinaisons de nanoparticules pourrait aider à guérir les plaies chroniques, une affection touchant des millions de personnes atteintes de diabète.

Santé icon Santé

Les infections bactériennes des plaies, qui affectent la vie de millions de personnes dans le monde, peuvent être difficiles à guérir. Les personnes atteintes de diabète sont particulièrement vulnérables à cette maladie chronique. Dans les cas les plus graves, ces infections peuvent conduire à la gangrène, nécessitant l’amputation d’un membre. Environ un million de patients dans le monde en sont victimes chaque année. «Les plaies chroniques sont souvent traitées avec des antibiotiques», explique Olesja Bondarenko, coordinatrice du projet NEXTNANO et directrice générale de Nanordica Medical en Estonie. «L’inconvénient est que ces plaies – surtout si elles contiennent des biofilms bactériens – peuvent être très résistantes, ce qui nécessite l’utilisation de concentrations d’antibiotiques plus élevées.» Cela n’est pas toujours recommandé d’un point de vue médical et peut également entraîner une résistance aux antibiotiques. Cela devient un problème de santé majeur dans toute l’Europe.

Remplacer les antibiotiques par des pansements antibactériens efficaces

La jeune pousse estonienne Nanordica a cherché à relever ce défi sanitaire majeur en appliquant les nanotechnologies. «Nous cherchions à remplacer les antibiotiques par des pansements antibactériens efficaces», explique Olesja Bondarenko. «La plupart des pansements antibactériens contiennent des ions d’argent qui inactivent les bactéries, mais cela peut aussi inhiber le processus de guérison.» En intégrant le cuivre aux nanoparticules d’argent, l’équipe a constaté qu’elle était en mesure de renforcer les effets antibactériens positifs de l’argent, tout en diminuant les effets négatifs. Cela a conduit à la mise au point d’un prototype de pansement contenant deux couches. La première est une couche absorbante ordinaire, tandis que la seconde, orientée vers la plaie, contient des fibres qui retiennent les nanoparticules de cuivre et d’argent. L’équipe a pu démontrer l’efficacité de ce pansement antibactérien dans les premières études animales. «Nous avons alors envisagé de passer à des essais cliniques sur l’homme, mais nous n’avions tout simplement pas les ressources nécessaires», ajoute Olesja Bondarenko. «Nous sommes également une petite équipe de scientifiques; nous ne savions pas vraiment comment procéder pour commercialiser ce produit.»

Commercialiser les innovations en matière de nanotechnologies

Le projet NEXTNANO, financé par l’UE, a permis à l’équipe d’accélérer la mise sur le marché de son innovation. Il s’agissait notamment de poursuivre le développement du prototype et de mener une petite étude pilote sur des patients souffrant d’ulcères du pied diabétique dans un hôpital estonien. «Plus de 80 % des plaies chroniques se sont améliorées après un à trois jours de port du pansement par le patient», explique Olesja Bondarenko. Nanordica a également pu déposer une demande de brevet pour sa technologie et mettre en place un système de gestion de la qualité. Ces étapes ont pris du temps, mais elles étaient nécessaires pour garantir que le produit final soit pleinement conforme aux normes du marché. «Ce projet a changé la donne pour nous, car nous avons pu investir pour la première fois dans ces aspects commerciaux et réglementaires», fait remarquer Olesja Bondarenko.

Soulager les personnes vivant avec des plaies chroniques

Le projet NEXTNANO a permis à l’entreprise de réaliser des avancées significatives dans la mise sur le marché du produit. Les étapes suivantes comprennent l’audit du système de gestion de la qualité de l’entreprise, la réalisation des tests concernant la norme ISO et l’obtention du marquage CE. «Nous prévoyons de mener un essai clinique plus important, cette fois avec plus de 100 patients, et de développer des capacités de production ici en Estonie», ajoute Olesja Bondarenko. «Nous cherchons également à élargir notre portefeuille de produits, par le biais de la recherche et du développement en interne et de collaborations.» Plus important encore, Olesja Bondarenko pense qu’une fois commercialisée, leur innovation pourrait soulager des millions de personnes vivant avec des plaies chroniques. «Ma famille a une longue histoire de diabète, nous connaissons donc le problème», dit-elle.

Mots‑clés

NEXTNANO, nanotech, diabète, infections, antibactérien, antibiotiques, nanoparticules

Découvrir d’autres articles du même domaine d’application