Skip to main content

Article Category

Actualités

Article available in the folowing languages:

Priorités de la présidence irlandaise dans le secteur de l'énergie

Lors d'une réunion de la Commission de l'énergie, de la recherche et de la technologie (CERT) du Parlement européen, tenue à Bruxelles le 8 juillet 1996, M. Michael Lowry, ministre irlandais des Transports, de l'Energie et des Communications et président en exercice du Conseil...

Lors d'une réunion de la Commission de l'énergie, de la recherche et de la technologie (CERT) du Parlement européen, tenue à Bruxelles le 8 juillet 1996, M. Michael Lowry, ministre irlandais des Transports, de l'Energie et des Communications et président en exercice du Conseil des ministres de l'Energie de l'UE, a décrit les priorités de la présidence irlandaise dans le secteur de l'énergie. Après avoir rendu hommage au travail de la présidence italienne, notamment ses efforts qui ont abouti à un compromis au sujet d'une position commune sur la directive relative à la libéralisation des marchés de l'électricité, M. Lowry a déclaré que la présidence irlandaise entendait consolider ces réalisations et poursuivre les travaux en cours. La présidence irlandaise va non seulement oeuvrer à l'examen en seconde lecture et à l'adoption de la directive relative à libéralisation du secteur de l'électricité, mais aussi engager des travaux sur la proposition de directive relative à la libéralisation du secteur du gaz, qui a été présentée par la Commission en 1993. Ces travaux commenceront en juillet, et les Etats membres, l'industrie et les consommateurs auront la possibilité de faire connaître leurs vues. La présidence se propose de préparer pour septembre un texte de compromis, à la suite de ces consultations. La deuxième grande priorité de la présidence irlandaise est de réaliser des progrès sur une stratégie communautaire sur les sources d'énergie renouvelables et sur une proposition de décision relative aux analyses et aux prévisions dans le secteur de l'énergie. Le ministre insistera pour que la Commission présente des propositions dans ces domaines au début de la présidence. La promotion de l'utilisation des sources d'énergie renouvelables renforcera la maîtrise de la politique énergétique future étant donné que la dépendance à l'égard des sources d'énergie extérieures s'en trouvera réduite. M. Lowry a fait mention de l'engagement de la Commission de présenter une proposition relative au renouvellement du programme ALTENER durant 1996 et s'est félicité du rapport récent de la CERT sur les sources d'énergie renouvelables. Enfin, il a annoncé qu'il tiendrait un débat ouvert sur les sources d'énergie renouvelables durant la réunion du Conseil de l'énergie qui aura lieu le 3 décembre 1996. Parmi les autres sujets sur lesquels la présidence entend réaliser des progrès figurent la proposition de directive relative à la planification intégrée des ressources et la proposition de la Commission relative à un programme THERMIE II, encore que le ministre s'attende à ce qu'il soit difficile de parvenir à un accord au sein du Conseil sur ces sujets. Enfin, en réponse à des questions posées par des MPE quant à la difficulté de parvenir à un accord sur les budgets indicatifs pour les programmes qui viseraient à la réalisation de ces objectifs, M. Lowry a fait mention de la décision récente du Conseil relative à une position commune sur le programme SAVE II, dans laquelle le montant de 45 millions d'ECU a été jugé beaucoup trop bas par plusieurs ministres, y compris le ministre irlandais. Il a ajouté que l'occasion se présentera en 1997 de réexaminer ce montant et qu'il insistera alors pour qu'il soit majoré.