Skip to main content

Article Category

Article available in the folowing languages:

Créer un espace méditerranéen de la recherche

Un projet de l'UE a encouragé la coopération entre les nations méditerranéennes pour créer un espace méditerranéen de la recherche. Il devrait favoriser le dialogue, déboucher sur des programmes de formation, permettre de constituer des réseaux de recherche, et offrir des moyens de transfert de technologies et de surveillance de la coopération.

Technologies industrielles

Outre le voisinage, les pays d'Europe et de la Méditerranée ont beaucoup de choses en commun et tout intérêt à unir leurs forces. Si de nombreux accords ont favorisé cette collaboration, les objectifs liés à la création d'un espace européen de sécurité, de développement économique et d'échange culturel n'ont pour l’instant été que partiellement atteints. Le projet MIRA («Mediterranean innovation and research coordination action»), financé par l'UE, s'est achevé en janvier 2013 après 5 années de collaboration de 34 partenaires européens et régionaux. Le consortium avait pour objectif de promouvoir l'implication des pays concernés dans la création d'un espace euro-méditerranéen de la recherche, en soutenant en particulier les projets du septième programme-cadre (7e PC). Le groupe voulait aussi soutenir la création d'agences officielles chargées de coordonner les activités des pays participants et de gérer la mise en œuvre de la Politique européenne de voisinage (PEV) du Partenariat euro-méditerranéen pour la recherche et l'innovation. Le projet a mené à bien les six activités prévues. Ces activités consistaient notamment à créer une plateforme de dialogue basée sur les technologies actuelles d'information et de communication, et à organiser une formation dans le but d'améliorer la gestion de projet. L'équipe a également organisé des discussions sur les priorités du 7e PC présentant des intérêts communs, et créé un observatoire de la coopération scientifique et technologique afin d'établir des indicateurs de surveillance. Le groupe a, en outre, constitué des réseaux d'institutions de recherche et des services de transfert de technologies, et encouragé le dialogue politique entre l'UE et les pays méditerranéens partenaires grâce à l'action du Comité de surveillance (MoCo), au renforcement de capacité et au fonctionnement du réseau de points de contact du 7e PC dans les pays méditerranéens partenaires. Les membres du projet MIRA ont renforcé l'appropriation commune des résultats du projet afin de soutenir l'innovation et d'établir des priorités scientifiques dans les projets en cours. Ils ont aussi créé plusieurs groupes de travail pour faire le point sur les pratiques scientifiques en place et proposer un «Calendrier euro-méditerranéen commun pour la recherche et l'innovation» par le biais d'un mandat du MoCo. L'équipe a également identifié des priorités de recherche communes pour soutenir le Programme «Horizon 2020: De-contamination of the Mediterranean» par un groupe d'experts mobilisé par le projet MIRA. Enfin, l’équipe a aussi rédigé un manuel intitulé «Moving forward in the Euro-Mediterranean Research and Innovation Partnership: The experience of the MIRA Project» publié par CIHEAM (SERIES B: Studies and Research, n º 71, 2013) et regroupant les principaux résultats, conclusions, attentes et enseignements tirés.

Mots‑clés

Recherche méditerranéenne, réseau de recherche, innovation et recherche, renforcement de capacité

Découvrir d’autres articles du même domaine d’application