Skip to main content

Mechanisms to Attack Steering Effectors of Rheumatoid Syndromes with Innovated Therapy Choices

Article Category

Article available in the folowing languages:

La biologie de l'inflammation chronique

Les maladies inflammatoires chroniques des articulations sont incurables. C'est le cas de l'arthrite rhumatoïde, mais un diagnostic et une thérapie précoce peuvent soulager des symptômes persistants et douloureux. Des chercheurs financés par l'UE ont étudié l'apparition et l'évolution de l'arthrite rhumatoïde en vue de diagnostic précoce et de thérapie efficace.

Santé

Les maladies telles que l'arthrite rhumatoïde résultent de l'activation d'une réponse immunitaire causant une inflammation qui provoque lésions tissulaires et infirmité. Les maladies inflammatoires couvrent un large éventail d'affections allant des maladies intestinales inflammatoires et l'asthme au psoriaris. Toutefois, l'arthrite rhumatoïde est un excellent référentiel pour le partage des résultats de biologie. Le projet MASTERSWITCH («Mechanisms to attack steering effectors of rheumatoid syndromes with innovated therapy choices») a recueilli des données de plus de 10 000 patients atteints de la maladie et de plus de 30 000 personnes saines mais qui risquaient de la présenter. L'objectif était d'identifier les mécanismes à l'origine, l'évolution et la résolution de l'inflammation visant l'identification des cibles thérapeutiques. Cliniquement, l'équipe a trouvé que le diagnostic et le traitement précoces minimisaient les lésions articulaires et amélioraient la qualité de vie. Cependant, environ 78 % des patients consultaient trop tard, après avoir constaté une aggravation des symptômes, pensant que ces derniers se résorberaient d'eux-mêmes. Pour s'assurer d'intervenir précocement contre l'arthrite rhumatoïde, des «cliniques de détection précoce de l'arthrite» ont été ouvertes en Europe. Elles apportent des informations sur l'apparition des symptômes via des échantillons de sérums venant de dons du sang. Une étude des mécanismes biologiques a démontré une augmentation en magnitude et complexité de la réponse auto-anticorps peu de temps avant l'apparition de l'arthrite. Une telle anormalité pourrait servir d'indicateur précoce de risque de développement d'une arthrite rhumatoïde, offrant la possibilité d'administrer un traitement précoce et de prévenir l'apparition de la maladie. Plusieurs nouvelles cellules immunitaires et leurs mécanismes associés ont été identifiés comme des cibles potentielles de nouveaux médicaments et traitements thérapeutiques. Les découvertes réalisées dans le cadre du projet MASTERSWITCH sont déjà en cours d'application dans les centres de dépistage. Les travaux en cours pourraient apporter de nouvelles options de diagnostic et de thérapie pour bloquer l'arthrite. Leur réussite pourrait améliorer la qualité de vie des patients et réduire la charge socioéconomique associée.

Mots‑clés

Maladies inflammatoires, arthrite rhumatoïde, clinique, sérum sanguin, auto-anticorps, cellules immunes

Découvrir d’autres articles du même domaine d’application