Skip to main content

Event Category

Évènement

Article available in the folowing languages:

"Comparaison mondiale des stratégies régionales de RDT en faveur du développement et de l'innovation" - RESTPOR 96

Une conférence intitulée "Comparaison mondiale des stratégies régionales de RDT en faveur du développement et de l'innovation", RESTPOR 96, se tiendra à Bruxelles du 19 au 21 septembre 1996. Cette manifestation est organisée par la DG XII de la Commission européenne. C'est la ...

19 Septembre 1996 - 19 Septembre 1996
Belgique

Une conférence intitulée "Comparaison mondiale des stratégies régionales de RDT en faveur du développement et de l'innovation", RESTPOR 96, se tiendra à Bruxelles du 19 au 21 septembre 1996. Cette manifestation est organisée par la DG XII de la Commission européenne. C'est la troisième d'une série de conférences et de séminaires mondiaux et la première à avoir lieu en Europe.

La première de ces manifestations, intitulée "Régionalisation des ressources scientifiques et technologiques dans le contexte de la mondialisation" (RESTPOR 93), a été organisée par l'Institut national pour la politique scientifique et technique (NISTEP) du Japon et s'est déroulée à Hachimantai, au Japon, en juin 1993. Elle a été suivie d'un séminaire consacré à la "Gestion régionale de la science et de la technologie" (RESTPOR 95), organisé également par le NISTEP, qui a eu lieu en février 1995 dans le département du Kanagawa, au Japon. La Commission européenne a participé à ces deux manifestations et, à RESTPOR 95, il a été proposé de tenir une conférence en Europe en 1996. Une conférence RESTPOR se déroulera également aux Etats-Unis, fin 1997, et une autre encore doit avoir lieu en Asie (Malaisie) en 1998.

RESTPOR 96 a pour objectif principal de procéder à une analyse comparative mondiale des systèmes régionaux d'innovation et de présenter des exemples spécifiques d'avantages concrets pouvant être apportés par la mise en place de réseaux et de stratégies coordonnées entre les entreprises, les universités, les instituts de recherche et les pouvoirs publics. Divers exemples de l'application pratique et industrielle des résultats de la recherche et du transfert de technologie pour répondre aux besoins locaux seront également donnés.

Les efforts déployés par l'Europe dans ce domaine ont donné lieu à des commentaires positifs de la part d'analystes américains tels que le professeur M. Luger: "Dans toute l'Europe, la CE (sic) joue un rôle de plus en plus important dans la promotion du développement des nouvelles technologies dans les régions en retard de développement, non seulement par le ciblage des ressources des fonds structurels, mais aussi par l'intermédiaire de programmes tels que STRIDE (science et technologie pour l'innovation et le développement dans les régions d'Europe), STAR et TELEMATIQUE (services avancés liés aux télécommunications), VALUE (évaluation et diffusion des résultats des activités de R&D), IMPACT (développement du marché des services d'information), SPRINT (promotion de l'innovation et du transfert de technologie) et BRITE (introduction de technologies nouvelles dans les processus de production). Ces efforts sont importants en raison du niveau des ressources dont ils bénéficient et de leur dépendance à l'égard des apports des administrations centrales et des autorités régionales."

"En Europe, l'approche adoptée par la CE s'est construite au fil des années dans le cadre du processus d'unification. Au Japon, la politique se conforme à l'ancien proverbe qui dit: Apprendre les principes de base prend trois ans, accomplir une oeuvre digne d'intérêt en prend dix. Cela devrait servir de leçon aux décideurs américains qui ont tendance à élaborer des politiques de développement régional à la petite semaine. Bref, créer des régions compétitives dans l'économie mondiale de haute technologie de demain est une tâche qui demande du temps, des efforts de coordination et des ressources."

La conférence de deux jours et demi s'articulera autour d'une série de séminaires et la session finale comportera une table ronde politique de haut niveau d'évaluation finale. La manifestation couvrira un certain nombre des domaines exposés à grands traits dans un projet de programme préparé par la Commission (voir section "texte"). Ces domaines sont les suivants:

- les systèmes d'innovation
- le rôle de l'industrie dans le développement technologique régional
- les effets socio-économiques régionaux de la politique de RDT et d'innovation
- l'évaluation de la RDT dans les régions: méthodologies et indicateurs
- les réseaux de transfert de technologie et de RDT
- la dimension humaine de la RDT régionale
- entre coopération et concurrence: les politiques scientifiques et technologiques à l'égard des pays voisins
- les régions dans la société de l'information planétaire.

La préparation de RESTPOR 96 a été conduite par la direction générale XII (Science, recherche et développement), mais a reposé sur une collaboration très étroite avec d'autres directions générales de la Commission européenne. A cet égard, le directeur de RESTPOR 96, M. Hugh Logue (DG XII/A-2), a noté que "l'enthousiasme manifesté pour cette initiative par les autres directions générales au sein de la Commission est rassurant. Nous faisons tout notre possible pour encourager leur participation à une approche holistique".

Il ressort clairement du livre blanc de la Commission sur la croissance, la compétitivité et l'emploi que dans une société planétaire de plus en plus cognitive, la compétitivité et le développement économique à long terme au cours de la prochaine décennie et au-delà seront caractérisés et impulsés par le développement, le transfert et la diffusion de la recherche et de la technologie.

Une part substantielle des ressources des fonds structurels de la Communauté a été consacrée à la recherche et au développement technologique (RDT), avec un accent particulier sur le rôle des nouvelles technologies dans l'accélération du processus de cohésion. Tout en continuant dans ce sens, il faut maintenant accorder une plus grande attention à d'autres dimensions pertinentes telles que l'innovation, la culture, les technologies écologiques et l'établissement de liens plus étroits avec les entreprises.

L'importance de la RDT dans le développement régional a été notamment soulignée par Mme Monika Wulf-Mathies, commissaire en charge de la politique régionale et de la cohésion. Dans un discours prononcé le 19 octobre 1995 devant le "Centre for European Policy Studies", elle a souligné avec force que "pour accroître la compétitivité, des ressources supplémentaires doivent être consacrées aux domaines de la recherche, du développement et de l'innovation. Jusqu'ici, environ 4% seulement des fonds structurels (objectif 1) ont été utilisés à cette fin. Cette proposition est insuffisante et ne correspond pas au rôle joué par la recherche et le développement dans l'accroissement de la compétitivité, par l'innovation en matière de produits et de procédés".

Il convient de noter, à cet égard, que le soutien communautaire à travers les fonds structurels pour la promotion des activités liées à la RDT dans les régions est passé de 2 milliards d'ECU pour la période 1989-1993 (4,5%) à 5,73 milliards d'ECU pour la période 1994-1999 (6,4%)

L'Union européenne s'attache également à promouvoir la coopération avec les pays tiers. Ainsi, un accord sur le développement de la coopération UE-Japon dans le domaine de la recherche sismique a été conclu en janvier 1995 et des mesures sont prises pour accroître le nombre des jeunes chercheurs européens qui travaillent actuellement au Japon. Il est également envisagé que l'Union européenne et les Etats-Unis signent un accord de coopération exhaustif dans le domaine de la science et de la technologie d'ici à 1997.

Pour tout renseignement complémentaire, s'adresser à:

Commission européenne
DG XII - Science, recherche et développement
Mme. R. D'Amario - Coordinatrice de la conférence
DG XII/A-2
200 rue de la Loi (SDME 10/35)
B-1049 Bruxelles
Fax +32-2-2960560
E-mail: r.d'amario@mhsh.cec.be

Articles connexes

19 Septembre 1996
Belgique

17 Octobre 2013