Skip to main content

Article Category

Article available in the folowing languages:

Les sciences «omiques» et l’éthique appliquées à la prévention des maladies chroniques

Les avantages de l’importante augmentation de l’espérance de vie au cours de ces 50 dernières années peuvent être entachés par des années de handicap. Selon le projet PRECeDI, financé par l’UE, la réponse se trouve dans la collaboration et l’échange d’excellence dans les soins de santé de haute technologie.

Santé

Le nombre moyen d’années de vie passées avec un handicap en Europe est de 19,4 pour les femmes et 17,7 pour les hommes. Cette situation entraîne une charge économique considérable pour les systèmes de soins de santé de l’UE (1,7 % du PIB est dépensé pour les invalidités), compromettant ainsi leur viabilité et contraignant les décideurs dans ce domaine à identifier de nouveaux modèles de prévention des maladies et d’assistance médicale. En réalité, bien que la prévention dans les soins de santé puisse améliorer la qualité de vie à un prix très raisonnable en réduisant les années passées avec un handicap, seuls 2,8 % des dépenses médicales ciblent réellement les activités de prévention. «Pour ces raisons, le projet PRECeDI a favorisé la collaboration dans le domaine de la recherche et de la formation médicales personnalisées en mettant particulièrement l’accent sur la prévention des maladies chroniques», explique la professeure Stefania Boccia, coordinatrice scientifique du projet. L’objectif principal consistait à combler l’écart constaté dans l’utilisation fondée sur les faits de l’approche des sciences «omiques» pour prévenir les maladies chroniques. Le partage de connaissances et la création de synergies et d’expertise ont encouragé l’échange des meilleures pratiques parmi les institutions de pointe. Surmonter les défis et les obstacles aux applications génomiques «Nous savons que plusieurs applications génomiques peuvent contribuer à une prévention plus efficace des maladies chroniques. Toutefois, pour garantir un développement efficace et efficient, il est nécessaire d’apporter des modifications à l’organisation des systèmes de soins de santé», souligne la professeure Boccia. PRECeDI couvre les principaux aspects de la médecine personnalisée pour les maladies chroniques, dont l’identification et la validation de biomarqueurs, et l’évaluation économique des applications génomiques. Plus important, les questions éthiques, juridiques et politiques entourant la médecine personnalisée ainsi que l’analyse sociotechnique des avantages et des inconvénients de l’information aux personnes en bonne santé sur leur génome doivent être abordées. Récemment, le projet a identifié des modèles organisationnels pour fournir un test génétique prédictif. Recommandations de PRECeDI L’un des résultats dont la professeure Boccia est la plus fière est la production d’un ensemble de recommandations pour les décideurs politiques, les scientifiques et l’industrie, basé sur les conclusions de PRECeDI. Ces dernières sont disponibles dans la publication «How to integrate Personalized Medicine into Prevention? Recommendations from the Personalized pREvention of Chronic Diseases PRECeDI consortium». Pour les chercheurs qui travaillent avec des établissements non universitaires, cette approche a favorisé l’ouverture d’esprit et les compétences entrepreneuriales. Un exemple remarquable est le Dr Di Marco de l’Université La Sapienza qui a été détaché durant sept mois à Linkcare Health Services à Barcelone, en Espagne. Son outil d’aide à la décision assiste les médecins dans le dépistage de femmes potentiellement affectées par des mutations du gène BRCA. L’objectif consiste à promouvoir les meilleurs conseils et tests génétiques BRCA, et à améliorer l’identification des porteuses de mutation de BRCA dans l’ensemble de la population. En outre, les PME impliquées ont eu l’opportunité de coopérer avec de nouveaux partenaires dans un projet qui implique habituellement de plus grandes sociétés. Progresser avec de nouveaux objectifs en matière de recherche Grâce au financement des échanges de personnel de recherche et d’innovation (RISE) des actions Marie Curie au titre du programme Horizon 2020, «une nouvelle piste de recherche sera suivie», déclare la professeure Boccia. La principale question du nouveau projet, European network staff eXchange for integrAting precision health in the health Care sysTems, ExACT, concerne la santé de précision et la viabilité des systèmes de santé. «La santé de précision va au-delà du concept de médecine personnalisée, étant donné qu’elle vise à maintenir la santé et la qualité de vie aussi longtemps que possible, en s’appuyant sur les nouveaux outils technologiques et la science des données pour traduire des volumes de données cliniques et de recherche en informations que les citoyens, les patients et les médecins peuvent utiliser», conclut-elle.

Mots‑clés

PRECeDI, maladie chronique, soins de santé, médecine personnalisée, BRCA, santé de précision, sciences «omiques», éthique

Découvrir d’autres articles du même domaine d’application