Skip to main content

Social Participation for improving emotional, mental, and physical wellbeing in independently living older adults

Article Category

Article available in the folowing languages:

À la recherche du vrai bonheur pendant la vieillesse

À l’aide de connaissances et de technologies participatives, le projet DREAM entendait permettre aux personnes âgées de tout âge, de toute situation géographique et capacité cognitive, d’apprendre, de progresser, d’interagir et de contribuer à la société. Les résultats ont montré ce qui rend les personnes réellement heureuses.

Santé

Une espérance de vie plus longue, accompagnée de normes socioéconomiques qui évoluent, modifie radicalement la vie après la retraite de nombreuses personnes du monde entier. Toutefois, ce changement n’est pas positif pour tous. Les retraités peuvent vivre encore de nombreuses années, parfois accablés par une réduction de leurs capacités cognitives et physiques. Et même si cette époque était traditionnellement consacrée à s’occuper des plus jeunes membres de la famille, ce rôle diminue au gré des mutations de la société. Par conséquent, l’isolement social et la solitude ne cessent d’augmenter. Le projet DREAM avait pour objectif de repenser le concept de longévité et de comprendre le contexte socioéconomique qui peut rendre cette période de la vie plus stimulante et épanouissante. «Le projet DREAM s’inscrit dans la perspective selon laquelle le “troisième âge” peut être une période de plaisir et de productivité, pour rêver et penser à l’avenir, et si souhaité, pour se réinventer en quelque chose de nouveau ou de différent», explique le professeur Fabio Casati de l’Université de Trente, en Italie, coordinateur du projet DREAM. À la recherche du vrai bonheur L’équipe a mené un projet de recherche à l’échelle de la planète, impliquant la participation d’un énorme éventail de personnes: des nomades de la froide Mongolie et des banlieues les plus pauvres du Costa Rica aux capitales chaudes et très peuplées du Paraguay et des Philippines. Deux grands types d’études ont été effectuées: la première pour comprendre ce qui contribue au bien-être et au bonheur à un âge avancé et un deuxième groupe pour tester des technologies et des processus connexes, ainsi que leur impact sur les personnes. Ces études consistaient à étudier diverses méthodes et différents outils permettant aux individus de tout âge d’être actifs et productifs, en fonction de leurs capacités et leurs souhaits. Cela couvrait tant l’utilisation de technologies de la persuasion et d’outils simples pour motiver l’exercice physique, que le fait de permettre à ces personnes de contribuer aux progrès scientifiques et à l’innovation technologique. «Nous avons mené un assez grand nombre d’études», explique le professeur Casati, qui a dirigé les travaux avec le soutien du programme Marie Curie. «Plus d’études que nous n’avions prévu dans un premier temps, grâce à l’incroyable soutien des partenaires du projet.» De nombreuses découvertes intéressantes ont découlé des recherches. Par exemple, des personnes très âgées vivant dans la pauvreté ont signalé des niveaux de bonheur comparables à ceux des jeunes vivant dans les pays les plus heureux du monde, tant qu’ils avaient le sentiment de développement et d’accomplissement dans leurs vies. En outre, tandis que de nombreux adultes ont tendance à retourner à la campagne en vieillissant, ceux qui restent en ville signalent des niveaux de bonheur plus élevés. Un héritage durable «D’abord et avant tout, je suis fier de l’équipe et de la manière dont tout le monde est parvenu à travailler ensemble avec passion», explique le professeur Casati, «surmontant les défis émotionnels et organisationnels qui sont survenus en raison de la nature du projet». Outre la présentation d’une série de propositions de suivi, l’équipe travaille à mettre en pratique les résultats en développant des outils destinés à des produits de qualité que les personnes peuvent utiliser. Ces outils sont destinés, spécialement, à trois domaines: les technologies participatives qui permettent le «vieillissement productif», les technologies qui facilitent l’administration de soins de santé et le travail sur le concept d’un «centre de consultation», où des personnes âgées peuvent contribuer à la conception d’applications logicielles pour leur groupe d’âge cible et leurs capacités. «C’était une expérience incroyable pour tout le monde», ajoute le professeur Casati. «Nous avons travaillé avec des personnes de toutes conditions socioéconomiques, des plus riches aux plus pauvres. Je dirais que pour de nombreux jeunes chercheurs, cette expérience a marqué leurs vies. J’estime que ce projet nous a tous aidés à réapprendre ce qui compte réellement dans la vie: l’amour de la famille et des amis et le sentiment d’être utile aux autres.»

Mots‑clés

DREAM, sénior, expérience, bonheur, innovation, rêver, progrès, progrès scientifiques, impact

Découvrir d’autres articles du même domaine d’application