Skip to main content

Article Category

Article available in the folowing languages:

Appliquer des solutions durables de réduction des déchets alimentaires pour stimuler la bioéconomie

Une initiative financée par l’UE a examiné quelle serait la meilleure utilisation possible des flux de rebuts du secteur agroalimentaire pour réduire les déchets alimentaires de 50 % d’ici 2030.

Changement climatique et Environnement
Alimentation et Ressources naturelles

Le Département des affaires économiques et sociales de l’ONU a estimé que la production agricole et alimentaire devait augmenter de deux tiers d’ici 2050 pour nourrir 2 milliards d’individus supplémentaires. Pourtant, environ un tiers des denrées alimentaires produites, soit près de 1,3 milliard de tonnes par an, sont perdues ou gaspillées. Rien qu’en Europe, environ 700 millions de tonnes de déchets agricoles sont générés chaque année. C’est pourquoi il est urgent d’assurer une utilisation efficace des déchets, des co-produits et des sous-produits agricoles (AWCB) et de créer des chaînes de valorisation durables dans les secteurs de l’agriculture et de la transformation alimentaire. Le projet AgroCycle, financé par l’UE, s’est intéressé au problème des déchets produits par différents secteurs agricoles, et notamment dans les domaines suivants: vin, huile d’olive, horticulture, fruits, prairies, élevage porcin, produits laitiers et volaille. Son consortium était composé d'un groupe multinational réunissant 26 organisations partenaires venues de Chine et d’Europe. Ses membres incluaient des chercheurs, des entreprises spécialisées dans les secteurs technique, manufacturier, consultatif et de la vente au détail (grandes entreprises et PME), des utilisateurs finaux et des associations commerciales et de producteurs.

Mieux comprendre les flux de déchets

L’initiative visait à transformer les déchets agricoles de faible valeur en produits de qualité élevée, afin d’accroître de 10 % le recyclage et la valorisation de ces rebuts d’ici 2020. «Cela peut être réalisable à condition de disposer d’une compréhension détaillée et holistique des flux de déchets et de piloter un nombre clé de voies d'utilisation/de valorisation de ces déchets», explique le Dr Tom Curran de l’University College Dublin en Irlande et coordinateur du projet. Les partenaires du projet ont doté cette industrie des technologies et du savoir-faire nécessaires à la transformation des défis liés à la réduction des marges, à l’utilisation efficace des ressources et à la durabilité en opportunités commerciales grâce au développement d’applications novatrices des AWCB et à la création de nouvelles chaînes de valorisation durables. Les chercheurs ont également conçu une solution d’évaluation de la chaîne de valeur des déchets agricoles afin de cartographier, de caractériser et de quantifier les AWCB disponibles. Le consortium a évalué différentes options de valorisation des biodéchets en mettant l’accent sur les biocarburants, les biofertilisants et le traitement des eaux usées agro-industrielles, ainsi que sur l’utilisation du fumier animal pour les biopolymères à haute valeur ajoutée, l’énergie et les piles à combustible microbiennes. L’analyse du cycle de vie et la détermination de son coût ont aidé à déterminer la durabilité environnementale et économique des options de valorisation. Un programme sur mesure d’éducation des jeunes a également été élaboré et piloté par l’Université Maynooth en Irlande, partenaire du projet.

Avantages pour la bioéconomie

En outre, l’équipe a développé des modèles d’activité et de chaînes de valorisation durables pour proposer de meilleures façons d’utiliser les déchets agricoles dans la bioéconomie et mettre au point de nouveaux modèles d’affaires solides. «Nous avons développé une plateforme commerciale en ligne, “AgroCycle Marketplace”, pour mettre en relation les producteurs de déchets, de co-produits et de sous-produits agricoles avec ceux qui pourraient utiliser de tels matériaux, par exemple, les exploitants d’usines de biogaz», explique le Dr Curran. Des plans pédagogiques d’économie circulaire ont également été élaborés à l’intention des écoles, et les enseignants peuvent télécharger les leçons gratuitement sur le site web. Ce matériel éducatif a remporté un prix à l’occasion du «Think Biobased Challenge». Selon le Dr Curran, l’une des principales contributions du projet AgroCycle est qu’il permet de séparer clairement la croissance et la compétitivité de l’agriculture et de l’industrie d’une part et l’impact environnemental d’autre part. «Les aspirations en matière de développement économique de notre secteur privé sont tout à fait compatibles avec la réduction des impacts du changement climatique, la hausse de la sécurité énergétique et la diversité écologique dans une économie verte», affirme-t-il. AgroCycle profitera aux consommateurs, aux agriculteurs, aux transformateurs alimentaires, aux enseignants et aux écoliers. «Le projet améliorera la compétitivité des industries agricoles, alimentaires et de bioraffinage de l’UE et à l’échelle internationale. Il favorisera également le développement rural grâce à l’approvisionnement durable en matières premières pour les bioraffineries et à la participation active dans la chaîne industrielle internationale», conclut le Dr Curran.

Mots‑clés

AgroCycle, denrées alimentaires, flux de déchets, chaîne de valorisation, déchets agricoles, co-produits et sous-produits (AWCB), bioéconomie, voie de valorisation, modèle d’affaires

Découvrir d’autres articles du même domaine d’application