Skip to main content

Government of Life and Death: The Rise of Coercive Power in European Late Prehistory

Article Category

Article available in the folowing languages:

Impact des facteurs de stress sur la complexité sociale de l’âge du Bronze à l’âge du Fer tardif

De nombreux projets de recherche ont étudié la complexité sociale et l’urbanisation en Europe de 1 200 à 300 av. J.-C. Ces recherches ont principalement porté sur les élites. A contrario, CoPOWER s’est penché sur les «histoires de vie» d’individus marginalisés souvent ignorés par la recherche.

Société

L’idée centrale du projet CoPOWER était d’examiner comment des groupes non élites, voire profondément marginalisés, avaient traversé certaines phases de transformations sociales et environnementales majeures. Parmi ces tournants clés observés dans la région étudiée figuraient l’effondrement du système de l’âge du Bronze tardif dans le nord de l’Italie, des catastrophes naturelles comme les inondations à Padoue durant l’âge du Fer, et l’expansion de Rome dans les Pouilles lors d’une phase de hausse des températures et d’aridité croissante. «J’ai collecté ou recréé des données à partir de différents ensembles de données (environnementales, ostéologiques, etc.) pour mieux comprendre ce que les gens ont vécu pendant l’essor de la société urbaine», explique la chercheuse principale Elisa Perego, qui a bénéficié du soutien du programme Marie Skłodowska-Curie Actions de l’UE. Ce faisant, Mme Perego, qui est basée à l’Académie autrichienne des sciences et est maintenant associée de recherche honoraire à l’University College de Londres, s’est interrogée sur le fonctionnement du pouvoir dans la société.

Une multitude de sujets

Mme Perego a analysé un nouvel échantillon de sépultures de «marginalisés» de Frattesina, qui était l’une des principales plaques tournantes du commerce en Méditerranée centrale à la fin de l’âge du Bronze (env. 1 200 à 1 000 av. J.-C.). Ses recherches ont également porté sur un important cimetière dans une localité en expansion de l’âge du Fer, l’actuelle Padoue (env. 900 à 600 av. J.-C.) et sur de petites exploitations agricoles des Pouilles, l’une des régions les plus sujettes aux sécheresses dans le sud de l’Italie (env. 325 à 200 av. J.-C.). Les observations effectuées à Padoue ont révélé des activités rituelles répétées et complexes qui comprenaient des sacrifices d’animaux, des festins communautaires et même le démembrement d’êtres humains. «Curieusement, nous avons constaté que les cas les plus frappants se sont produits en même temps que l’inondation. Cette période a également été caractérisée par de nombreux changements dans la production de poterie, l’organisation des habitats et une phase de détérioration du climat qui est censée commencer vers 800 av. J.-C.» Le projet a avancé l’hypothèse que les bouleversements dans la société et le stress environnemental pourraient avoir été à l’origine des tortures rituelles infligées aux humains et aux animaux. Dans l’étude de cas des Pouilles, en revanche, Mme Perego et son collègue Rafael Scopacasa, professeur assistant en histoire à l’Université fédérale de Minas Gerais, ont constaté que les gens avaient créé de petites fermes dans un environnement potentiellement très difficile pendant une phase d’augmentation des températures. Ces personnes ont-elles été contraintes de s’y installer par les élites urbaines locales? Ou ces groupes non élites ont-ils agi de leur propre initiative afin de tirer le meilleur parti de nouvelles opportunités, par exemple le besoin de nouveaux produits agricoles lorsque Rome a commencé à s’établir dans la région? Il reste particulièrement compliqué de répondre à ces questions.

Les communautés marginalisées en période de bouleversements sociaux

L’étude de cas de Frattesina s’est concentrée sur une localité qui était entourée de centaines de sépultures crématoires, dont beaucoup contenaient des biens funéraires et étaient regroupées. Les mêmes lieux de sépulture accueillaient également une trentaine de tombes d’individus qui n’avaient pas été incinérés et ne possédaient pas de biens funéraires: des femmes, des enfants et des hommes. Parfois, ils étaient enterrés face contre terre ou déposés dans un fossé ou enterrés loin des autres. Les chercheurs ont déterminé qu’ils étaient clairement différents du reste de la communauté. «Nous avons examiné leurs os pour voir s’ils présentaient des pathologies ou des signes de traumatisme ou de stress, comme une mauvaise alimentation ou une maladie. Nous avons fait différents types d’analyses isotopiques pour savoir s’ils s’agissaient de locaux ou d’étrangers, et ce qu’ils mangeaient. Nous publions actuellement les résultats de nos analyses. Je peux dire avec satisfaction que notre travail apportera un nouvel éclairage sur l’organisation sociale de Frattesina et son lien avec la civilisation précédente des Terramare – une question en suspens depuis longtemps dans l’archéologie italienne de la fin de la Préhistoire!» conclut Perego.

Mots‑clés

CoPOWER, groupes marginalisés, transformations sociales, Frattesina, Perego, Terramare, âge du Fer, âge du Bronze, analyse isotopique

Découvrir d’autres articles du même domaine d’application