Skip to main content

SMART thermotherapy solution for varroa mite treatment.

Article Category

Article available in the folowing languages:

Chauffer les ruches pour contribuer au sauvetage des populations d’abeilles

Le projet WarmHive, financé par l’UE, utilise la thermothérapie pour lutter contre la maladie responsable des grandes pertes dans les populations d’abeilles.

Changement climatique et Environnement
Alimentation et Ressources naturelles

Les populations d’abeilles connaissent actuellement d’immenses pertes à travers le monde. Il s’agit principalement du résultat de la varroase, une maladie causée par le varroa destructeur, qui, s’il ne tue pas l’abeille directement, entraine d’autres maladies qui le font. Le varroa destructeur est en fait responsable de la disparition de 85 % de l’ensemble des colonies d’abeilles. En prenant en considération le rôle essentiel que jouent les abeilles dans la pollinisation des plantes, le varroa destructeur pourrait semer le chaos sur la chaîne alimentaire humaine si rien n’est fait. Même s’il existe des méthodes d’autopollinisation des plantes, leur qualité et leur efficacité sont très éloignées de celles obtenues avec la pollinisation naturelle. C’est pourquoi de nombreux apiculteurs utilisent des produits chimiques pour lutter contre le varroa destructeur. Malheureusement, bon nombre de ces produits sont coûteux, présentent un effet limité, et présenteraient de graves risques sanitaires pour l’homme. Désormais, grâce aux efforts du projet WarmHive, financé par l’UE, il existe une nouvelle façon de combattre la varroase et de sauver les abeilles: la thermothérapie. «Notre objectif était de mettre au point une solution simple et automatique, basée sur la chaleur, pour lutter contre le varroa destructeur au sein des populations d’abeilles», indique Piotr Bereziewicz, fondateur et directeur exécutif d’Aberit, et coordinateur du projet WarmHive. «Le fruit de ces efforts est matérialisé par la solution innovante WarmHive.»

Une solution pleinement intégrée

Il est bien connu que le varroa destructeur est particulièrement sensible aux températures accrues. En fait, en augmentant légèrement la température, cet acarien ne peut plus se reproduire. Tandis qu’une exposition sur le long terme à 38 degrés Celsius fera subir à cet acarien des dommages irréversibles, une légère augmentation de la chaleur à 40 degrés Celsius entraînera sa mort. Si cette augmentation de la chaleur a des conséquences catastrophiques pour le varroa destructeur, elle n’a peu, voire aucun effet sur les abeilles, ce qui en fait une méthode idéale de lutte contre la varroase. Contrairement aux ruches basées sur la thermothérapie qui sont sur le marché depuis plusieurs décennies, WarmHive est la première à offrir une solution pleinement intégrée tellement intuitive que même des apiculteurs amateurs peuvent l’utiliser. Sa conception unique intègre l’ensemble du matériel requis en une structure à toit unique pouvant être placée sur n’importe quelle ruche standard. Étant donné que ce système fonctionne entièrement à l’énergie solaire, les apiculteurs n’ont pas besoin de surveiller la fourniture d’électricité. Au lieu de cela, ils peuvent simplement fixer le toit WarmHive sur une ruche et ne plus avoir à s’en occuper. «Puisque notre solution est compatible avec n’importe quelle ruche conventionnelle, les apiculteurs n’ont pas besoin d’acheter de toutes nouvelles ruches et doivent simplement placer le couvercle WarmHive sur une ruche infestée», explique M. Bereziewicz. «L’apiculteur réalise ainsi des économies de taille.»

L’extermination des acariens

Selon M. Bereziewicz, il a été démontré que la solution WarmHive peut tuer 100 % des populations de cet acarien. Elle écarte également le besoin d’utiliser des produits chimiques, qui présentent un risque pour les abeilles, les apiculteurs et le consommateur final. Puisque les populations d’abeilles deviennent plus résistantes, la pollinisation naturelle augmentera pour atteindre les niveaux constatés avant l’apparition du varroa destructeur. De ce fait, la qualité de produits finaux comme le miel augmentera jusqu’à 50 %, les coûts du miel diminueront et les marges bénéficiaires des apiculteurs seront accrues. «Avec notre système, les apiculteurs peuvent retourner aux bons vieux temps où le varroa n’était pas un problème et où les abeilles étaient en bien meilleure santé et plus efficaces», a ajouté M. Bereziewicz. Ce projet dépose actuellement un brevet pour la solution WarmHive, ce qui constitue une étape significative vers la mise sur le marché.

Mots‑clés

WarmHive, abeilles, varroase, varroa destructeur, colonies d’abeilles, pollinisation des plantes, apiculteurs, thermothérapie, Aberit, ruches, miel

Découvrir d’autres articles du même domaine d’application