Skip to main content

Article Category

Article available in the folowing languages:

Amélioration des implants dentaires et orthopédiques grâce à des revêtements plus fins

La nouvelle technique permettant de recouvrir les implants orthopédiques en titane ou en alliage de titane d'un revêtement en phosphate de calcium est révolutionnaire, car elle réduit considérablement les risques de complications - actuellement élevés - chez les patients.

Santé

La technique actuellement utilisée est celle du revêtement par projection de plasma (PS - plasma spray). L'inconvénient majeur de cette technique est le manque d'adhérence du revêtement, l'implant pouvant alors se détacher et une infection grave se déclencher. En outre, en raison de l'épaisseur du revêtement, qui, comme le prévoit la technique, doit être au minimum de 50 microns, le revêtement doit en partie se résorber avant que l'activité osseuse puisse débuter. Le nouveau procédé PLD - dépôt par laser à impulsion - permet la production de fines (2 microns) couches homogènes d'hydroxyapatite, très résistantes, sur du titane ou tout alliage de titane, sans traitement préalable du support. Le revêtement ainsi appliqué respecte parfaitement la surface de l'implant qu'il recouvre de façon homogène. Des implants cylindriques sur lequels des contrôles de performance ont été réalisés ont démontré l'excellence du procédé PLD. Après 6 mois, le contact osseux était de 43% supérieur à celui des cylindres recouverts par projection de plasma. Par ailleurs, aucun cas d'infection n'a été détecté, contrairement à ce qui a été observé avec le revêtement conventionnel, pour lequel plusieurs cas d'infection ont été enregistrés. Il est important de signaler que le revêtement ne s'est pas résorbé, ce qui laisse supposer que l'épaisseur du revêtement pourrait être réduite davantage.

Découvrir d’autres articles du même domaine d’application