Skip to main content

Article Category

Article available in the folowing languages:

La détection de l'ADN viral, un gage de santé pour les huîtres

Durant ces dix dernières années, le taux de mortalité dans les écloseries d'huîtres européennes est monté en flèche, très probablement à cause d'un virus proche de celui de l'herpès. Pour faire face à ce problème, un groupe de professionnels de l'industrie et de la recherche a eu recours aux méthodes d'amplification en chaîne par polymérase (ACP) afin de détecter l'ADN viral des huîtres en 24 heures et ainsi réduire le taux de mortalité pour améliorer la rentabilité des écloseries européennes.

Santé

Depuis 1991, l'augmentation du taux de mortalité des huîtres dans les écloseries européennes a occasionné des pertes financières très importantes dans ce secteur. Bien que des mesures aient précédemment été prises pour détecter certaines infections, d'autres variables non contrôlées ont poursuivi leurs ravages dans ce secteur, tout particulièrement durant ces dix dernières années. L'une des plus dévastatrices est un groupe de virus de type herpétique, un agent entraînant la mort des larves dans divers pays européens. Le groupe de professionnels français, britanniques, espagnols et irlandais a eu recours aux techniques d'amplification en chaîne par polymérase (ACP) pour mettre en évidence l'ADN des virus de type herpétique dans des échantillons de larves de diverses espèces, d'origine européenne. L'amplification en chaîne par polymérase (ACP) constitue une méthode de dépistage des virus chez les espèces très fiable, précise et sensible. L'ACP reproduit une zone d'ADN précise en grande quantité. On obtient ainsi une quantité adéquate d'ADN permettant d'effectuer correctement les tests et d'identifier l'ADN. Dans le cadre de cette méthodologie, le groupe a démontré que certaines paires d'amorces ACP conviennent mieux que d'autres à la détection, chez les huîtres, de l'ADN viral de type herpétique. Plus précisément, la paire d'amorces C2/C6 s'est révélée optimale. Elle se caractérise par une grande sensibilité et des réactions en chaîne par polymérase simples dont la traduction s'effectue aisément. De plus, les chercheurs ont découvert qu'en utilisant cette paire, ils pouvaient limiter le recours aux réactifs et réduire la contamination. Autre point essentiel, ce protocole ACP est plus efficace que le protocole ACP imbriqué utilisant des paires d'amorces A4/A5 et A5/A6. En fait, la paire d'amorces C2/C6 a permis d'identifier l'ADN viral de type herpétique en moins de 24 heures. La recherche menée par le groupe a également permis d'identifier la présence d'ADN viral dans 21% des couvoirs britanniques, espagnols et français. Cette découverte atteste de la responsabilité des virus de type herpétique face aux problèmes de mortalité des huîtres dans les écloseries européennes. En fournissant au travers de l'amplification en chaîne par polymérase, une méthode d'identification fiable, précise et sensible des virus sévissant dans l'industrie des écloseries, ce groupe a créé un outil utile pour améliorer la gestion de l'élevage des larves. Par ailleurs, le fait que les résultats puissent être obtenus en 24 heures signifie pour les écloseries confrontées aux problèmes de mortalité de certains groupes spécifiques de larves qu'il devient possible d'enrayer la contamination des autres naissains d'huîtres par le virus de type herpétique. Autre avantage de cette innovation, la technique ACP permet aussi aux scientifiques de faire des recherches biologiques sur le virus. En conséquence, cette méthode spécifique fournit à l'industrie des écloseries d'huîtres un instrument de lutte efficace contre la contamination virale et les pertes de profit.

Découvrir d’autres articles du même domaine d’application