Skip to main content

Article Category

Article available in the folowing languages:

Une thérapie par mousse révolutionnaire donne de l’espoir aux patients atteints de détresse pulmonaire

Le syndrome de détresse respiratoire aiguë constitue l’une des principales causes de décès chez les patients atteints de la COVID-19, et ce trouble a également un impact dévastateur sur les patients souffrants d’autres maladies. Un dispositif révolutionnaire d’administration de médicament présente un énorme potentiel pour le traitement de cette pathologie pulmonaire mortelle.

Santé

Le syndrome de détresse respiratoire aiguë (SDRA) est une maladie pulmonaire inflammatoire devenue la première cause de décès chez les patients atteints de la COVID-19. Cette maladie à progression rapide se caractérise, entre autres facteurs, par la perte de liquide tensioactif agissant tel un revêtement à l’intérieur des poumons, nécessaire à l’expansion pulmonaire. Ce processus est exacerbé par le coronavirus. «Il n’existe pour le moment aucun traitement contre ce phénomène», remarque Josué Sznitman, coordinateur du projet LIFT soutenu par l’UE et professeur agrégé en ingénierie biomédicale à Technion, l’Institut de technologie israélien. «Les patients sont ventilés mécaniquement avec de l’oxygène enrichi, dans l’espoir que leurs poumons puissent guérir par eux-mêmes. Toutefois, environ 40 % des personnes atteintes de SDRA sont susceptibles de décéder.»

Une meilleure administration de médicament

Afin de traiter cette pathologie, l’un des plus grands défis consiste à acheminer le médicament au bon endroit dans les poumons. Les dispositifs courants, tels que les nébuliseurs, ne permettent pas d’administrer les médicaments dans les poumons de manière efficace, dans la mesure où seules de petites particules sont susceptibles d’être inhalées; cela restreint le volume des doses administrables. Les instillations directes de liquides dans les poumons mènent à une mauvaise distribution des médicaments, car les liquides s’écoulent vers le bas à cause de la gravité. Le projet LIFT a souhaité répondre à cette problématique en développant une formule de mousse ainsi qu’un dispositif d’administration uniques, afin de traiter le SDRA et potentiellement d’autres maladies des poumons. «Nous souhaitions démontrer dans le cadre de ce projet que l’administration de notre surfactant mousseux, utilisé en lieu et place du revêtement tensioactif liquide à l’intérieur des poumons, pouvait s’avérer un traitement efficace», explique Josué Sznitman. «Nous souhaitions prouver que notre mousse était une solution plus adaptée par rapport aux liquides dont les essais cliniques se sont soldés par des échecs.» En utilisant des modèles murins et porcins, l’équipe du projet s’est attelée à démontrer l’efficacité de sa technologie en instance de brevet. Un prototype fonctionnel du dispositif d’administration de médicament LIFT (Liquid Foam Therapy) a été mis au point, et des expériences précliniques ont été réalisées en utilisant tout d’abord des rats. Suite à des résultats probants avec les rats, l’équipe a testé la solution sur des poumons de porc. «Nous avons utilisé des poumons de porc dans le but de constater l’efficacité du traitement et du dispositif pour la distribution homogène de médicament dans de plus grands poumons humains», explique Josué Sznitman.

De nouveaux traitements pour les poumons

L’équipe du projet a pu démontrer la manière dont la mousse pouvait être efficacement administrée, afin de recouvrir l’intérieur des poumons, ouvrant ainsi la voie à une nouvelle ère de traitements contre le SDRA et d’autres pathologies pulmonaires. Les essais fructueux sur animaux menés dans le cadre du projet LIFT ont permis à l’équipe de démarrer les essais précliniques sur de plus grandes espèces animales. Cela devrait leur permettre de démarrer les essais cliniques, de traiter et, pour finir, de sauver la vie de nombreux patients réels. «L’objectif à long terme consiste à faire de ce projet la référence absolue pour le traitement du SDRA», affirme Josué Sznitman. L’équipe du projet s’intéresse également à élargir l’utilisation de cette technologie, afin d’administrer d’autres thérapies. «Nous explorons par exemple la possibilité d’administrer de fortes doses de stéroïdes pour traiter le SDRA, y compris pour les patients atteints de COVID-19 sévère», note-t-il. «Les résultats du projet LIFT sont susceptibles de s’étendre bien au-delà des traitements contre le SDRA», explique Josué Sznitman. «Cette technologie d’administration de médicament peut être exploitée dans le cadre d’autres thérapies pulmonaires, comme en administrant des cellules souches directement dans les poumons pour traiter des pathologies telles que la bronchopneumopathie chronique obstructive (BPCO).» Afin de réaliser tout ce potentiel, une jeune entreprise appelée Neshima Medical a vu le jour. L’objectif est de commercialiser aussi rapidement que possible et en toute sécurité ces traitements salvateurs contre les maladies pulmonaires. «Nous prévoyons de finaliser le prototype clinique de notre dispositif d’administration d’ici la fin 2020, puis de nous préparer aux essais cliniques», ajoute-t-il. «Nous sommes convaincus d’introduire sur le marché un dispositif révolutionnaire d’administration de médicament pour les poumons, applicable à un large éventail de maladies pulmonaires.»

Mots‑clés

LIFT, SDRA, COVID-19, coronavirus, poumons, surfactant, pulmonaire, médicament, maladies

Découvrir d’autres articles du même domaine d’application