Skip to main content

Article Category

Article available in the folowing languages:

L'étude des causes sous-jacentes de la perte de mémoire

La maladie d'Alzheimer est la cause principale de la démence sénile. Elle représente un énorme défi médical, social, et économique pour l'Europe.

Santé

Afin de faire face à ce problème, le projet MEMOLOAD («Neurobiological mechanisms of memory loss in Alzheimer's disease») s'est concentré sur les mécanismes moléculaires et biologiques sous-tendant la perte de mémoire. Il apparait de plus en plus clairement que le peptide amyloïde-béta (Abeta) provoque une perte de mémoire à travers l'interaction directe ou indirecte avec les voies de signalisation impliquées dans la consolidation de la mémoire. Un consortium de sept groupes de recherche disponibles a collaboré afin d'identifier au niveau moléculaire la façon dont l'accumulation Abeta nuit à la flexibilité, ou à la plasticité, des synapses cérébrales qui résultent en la perte de mémoire. Deuxièmement, le consortium développe de nouvelles molécules peptidomimétriques qui perturbent la prolifération Abeta. Les chercheurs ont commencé par développer des tâches comportementales sensibles à de petits changements dans la signalisation synaptique et la plasticité au sein du cortex cérébral et de l'hippocampe. Tous les laboratoires participants ont donc utilisé ces tâches afin de mettre à l'essai le succès des traitements médicamenteux sur la production Abeta au sein des modèles murins transgéniques. Par la suite, la recherche est passée des changements induits par Abeta dans les synapses individuelles à l'impact sur les grandes populations neuronales et le réseau neural complet. Puis, les effets aigus sur la plasticité synaptique Abeta ont été comparés aux changements à long terme sur le cerveau. Enfin, l'activité cérébrale chez les rongeurs a été mesurée alors qu'ils effectuaient une tâche de mémoire pour suivre les changements dans la communication du réseau. D'autres expériences visaient à déterminer les effets directs et indirects d'Abeta sur les deux voies de signalisation qui se trouvent au cœur de la consolidation de la mémoire, du développement de composants synthétiques Abeta pour être utilisés dans une étude ultérieure. L'équipe a également synthétisé des peptides pour déterminer s'ils inhibent la croissance Abeta. Alors que ces peptides ne se sont pas avérés efficaces, les scientifiques continuent de chercher d'autres composants. Cette recherche a considérablement contribué à la compréhension des mécanismes de mémoire cérébrale. Le consortium a également ajouté des outils de recherche, dont de nouveaux modèles animaux pour des méthodes de test et d'imagerie afin de dépister des changements induits par Abeta. Au fil du temps, il est à espérer qu'une thérapie efficace freine la progression de la maladie.

Mots‑clés

Maladie d'Alzheimer, perte de mémoire, peptide amyloïde-béta, Abeta, consolidation de la mémoire, voies de signalisation

Découvrir d’autres articles du même domaine d’application