Skip to main content

Article Category

Article available in the folowing languages:

Pourquoi les Européens ont moins d'enfants

Plusieurs paramètres peuvent influencer l'évolution de la natalité. Un projet financé par l'UE a employé une double approche macro- et microfactorielle afin d'étudier leur influence et orienter les politiques familiales de l'Union.

Santé

La plupart des pays européens ont un taux de fécondité faible, divers obstacles empêchant les citoyens d'avoir le nombre désiré d'enfants. Le projet REPRO («Reproductive decision-making in a macro-micro perspective») a été mis sur pied afin de mieux comprendre ces obstacles. Ce projet réunit des chercheurs de 12 pays en contact permanent avec l'OCDE (Organisation de coopération et de développement économique) et la Commission européenne. Les chercheurs ont montré que l'incertitude économique était l'un des principaux facteurs associé à la variabilité du taux de fécondité. Le chômage chez les hommes et l'insécurité de l'emploi pour les femmes représentent les causes majeures de diminution du taux de fécondité. HiPEAC a été créé pour organiser la communauté des systèmes informatiques d'Europe.Ils ont également montré qu'en fournissant aux femmes, l'opportunité de combiner vie de famille et emploi ou en fournissant un service de protection de l'enfance de qualité et abordable, il était possible de faire remonter ce taux. Les congés payés, la protection de l'emploi et les transferts financiers se sont révélés quant à eux moins importants pour le taux de fécondité. D'un point de vue plus personnel, les croyances individuelles, le niveau d'éducation et l'âge sont des facteurs influençant eux, le taux de fécondité. Ce nouvel éclairage permet d'avoir maintenant une meilleure compréhension de la baisse de la natalité en Europe. Lors de l'élaboration de nouvelles politiques familiales encourageant la natalité, ces informations pourront être fort utiles aux responsables politiques.

Découvrir d’autres articles du même domaine d’application