Skip to main content

Isotopic and Proteomic Approaches to Dehalococcoides Physiology

Article Category

Article available in the folowing languages:

Faire appel aux microbes pour lutter contre la pollution

La pollution chimique est une menace grave pour l''environnement et les écosystèmes. Des chercheurs européens ont proposé une nouvelle méthode de bioréhabilitation faisant appel à des microbes pour nettoyer des sites pollués par des composés halogénés.

Changement climatique et Environnement

Ces composés sont parmi les principaux polluants de l''environnement, en partie car ils sont très utilisés en tant que biocides, solvants et autres produits chimiques industriels. Pour les éliminer, des scientifiques ont proposé d''utiliser la bactérie anaérobie Dehalococcoide. Au cours de son cycle de vie, on sait que cette bactérie dégrade exclusivement des composés aromatiques halogénés. Cependant, bien que l''on ait identifié et décrit l''espèce Dehalococcoides, bien des aspects de sa physiologie restent inconnus. L''un des principaux objectifs du projet Ispadehal («Isotopic and proteomic approaches to dehalococcoides physiology») financé par l''UE était donc de décrire les capacités physiologiques de la souche CBDB1 de Dehalococcoides. Cette souche est la première à effectuer une déhalogénisation réductrice de composés benzéniques chlorés et de dioxines chlorées à forte toxicité. Les partenaires du projet ont appliqué des techniques isotopiques et protéomiques pour étudier la physiologie de la souche CBDB1, qui s''est avérée capable de réduire la toxicité de plusieurs autres composés comme les phénols chlorés et les biphénils chlorés. Les résultats du projet Ispadehal ont notablement enrichi les connaissances sur la physiologie de base de Dehalococcoide ainsi que sur son utilisation éventuelle dans la dépollution. L''utilisation de telles stratégies originales de bioréhabilitaion pourrait être positive pour l''environnement et au niveau socioéconomique.

Découvrir d’autres articles du même domaine d’application