Skip to main content

Vector-borne Risks for Europe: Risk assessment and control of West Nile and Chikungunya virus (VECTORIE)

Article Category

Article available in the folowing languages:

L'Europe lutte contre les maladies transmises par les moustiques

À la lumière du risque imposé par la fièvre du Nil occidental et la fièvre de chikungunya en Europe, des scientifiques ont développé une approche proactive pour anticiper et gérer la menace de ces infections transmises par les moustiques à l'échelle européenne.

Santé

Le virus du Nil occidental (VNO) et la fièvre de chikungunya (CHIKV) sont des maladies virales transmises par des moustiques (dits vecteurs). L'objectif du projet VECTORIE (Vector-borne risks for Europe: risk assessment and control of West Nile and Chikungunya virus) était d'étudier la propagation du VNO et de CHIKV. L'initiative a associé l'expertise des domaines de la virologie, de l'entomologie et de la vaccinologie de pointe pour surveiller la transmission de la maladie et son diagnostic, ainsi que les options prophylactiques et thérapeutiques des infections au VNO et au CHIKV. CHIKV est transmis à l'homme par la piqûre de moustiques infectés et l'être humain semble être le seul hôte connu pour le virus. Pour le VNO, l'homme et les oiseaux sont des hôtes, mais ce virus ne peut produire que des charges virales suffisantes chez les oiseaux pour assurer une transmission à d'autres moustiques. Ces derniers infectent ensuite d'autres oiseaux, des êtres humains et les chevaux. VECTORIE a été divisé en trois volets principaux: la biologie des vecteurs, la virulence et la pathogenèse ainsi que les vaccins. La biologie des vecteurs impliquait la prédisposition des oiseaux et des mammifères aux maladies et l'efficacité de transmission des moustiques. Cela fournira des informations vitales qui détermineront le type de système de surveillance utilisé dans les pays européens pour détecter et prédire les épidémies de VNO et/ou CHIKV potentielles. Le projet a abordé le besoin de comprendre comment les différentes souches de VNO qui circulent en Europe diffèrent en termes de leur capacité à provoquer une maladie neuro-invasive. Ces examens amélioreront la capacité de l'Europe à surveiller la propagation de ces infections, entraînant ainsi le développement d'outils de diagnostic et de pronostic ainsi que de nouvelles stratégies d'intervention. Les vaccins, le troisième volet du projet, impliquaient le besoin de l'Europe à développer de nouvelles stratégies de vaccination pour les populations à risque. Les chercheurs ont développé des vaccins expérimentaux monovalents innovants pour protéger contre le VNO et le CHIKV et des vaccins expérimentaux bivalents pour protéger contre les deux virus. Le consortium a amélioré ces vaccins expérimentaux pour développer des combinaisons vaccinales plus efficaces et sûres, adaptées aux conditions européennes. VECTORIE a apporté une contribution importante à la création d'une capacité de recherche intégrée sur des maladies vectorielles émergentes en Europe et a rassemblé des experts de différents domaines. Le projet a également organisé des stages de formation pour les jeunes scientifiques sur des maladies vectorielles émergentes pour tenter de préserver la santé de l'UE à l'avenir.

Mots‑clés

Moustique, Nil occidental, chikungunya, vecteur, virulence, pathogenèse, vaccin, neuroinvasif, intervention

Découvrir d’autres articles du même domaine d’application