Skip to main content

Article Category

Actualités

Article available in the folowing languages:

Techniques moléculaires pour évaluer, conserver et utiliser la biodiversité

Les progrès réalisés dans le domaine des techniques moléculaires telles que le séquençage de l'ADN, l'analyse des données et la PCR ont débouché sur la mise au point de puissantes méthodes pouvant être utilisées pour l'identification, la caractérisation et l'évaluation de la d...

Les progrès réalisés dans le domaine des techniques moléculaires telles que le séquençage de l'ADN, l'analyse des données et la PCR ont débouché sur la mise au point de puissantes méthodes pouvant être utilisées pour l'identification, la caractérisation et l'évaluation de la diversité génétique. Le programme communautaire de RDT dans le domaine de la biotechnologie (BIOTECH) finance actuellement plusieurs projets de recherche dans ce domaine qui pourraient s'avérer très précieux pour l'étude et la conservation de la biodiversité. Une étude en cours a pour objectif de mettre au point, d'optimiser et de valider des techniques moléculaires couvrant un large éventail d'espèces animales et végétales et d'assurer qu'un bénéfice maximal soit retiré des développements dans n'importe lequel des domaines concernés. Le projet se propose de développer des technologies applicables à l'identification à grande échelle de la diversité génétique et de valider l'utilisation d'outils moléculaires en testant leur application dans le cadre d'un certain nombre de problèmes liés à la diversité génétique et se rapportant à différents utilisateurs finals, y compris les jardins botaniques, les banques de gènes et les entreprises de sélection végétale. Le projet, qui a commencé en décembre 1996 et s'étendra sur trois ans, a déjà mis au point une nouvelle technique d'extraction et d'identification des variations de l'ADN végétal. Cette technique est désormais disponible sous forme de deux kits, baptisés DNeasy et RNeasy, qui permettent d'isoler l'ADN et l'ARN de plantes et de champignons à partir d'échantillons frais, séchés ou congelés. Cela représente un important pas en avant dans l'utilisation des techniques moléculaires pour identifier les tissus végétaux. Une autre dimension importante du projet est constituée par la participation de plusieurs équipes de recherche européennes, qui ont travaillé ensemble en utilisant des méthodologies communes de recherche pour mettre au point la technologie nécessaire. Cette collaboration devrait assurer une approche plus normalisée de la recherche et a conduit à la mise en place de la plate-forme "Biotechnologie pour la biodiversité" qui fournira un cadre dynamique pour les échanges de vues entre les utilisateurs et les offreurs de technologies nouvellement développées.