Skip to main content

Article Category

Actualités

Article available in the folowing languages:

Cartographier les zones dangereuses pour réduire l'impact des catastrophes naturelles

«Un homme averti en vaut deux» serait la devise du projet INCREO financé par le 7e PC, qui cherche à atténuer et à se préparer aux catastrophes par l'établissement de cartes de risques et de vulnérabilités.

Les services d'urgence et les personnes chargées de la protection civile et de la gestion des catastrophes pourront plus facilement exécuter leur travail grâce à la contribution du projet INCREO («Increasing Resilience through Earth Observation») de l'UE. L'impact du changement climatique se fait déjà ressentir et chaque année l'Europe est en proie à des catastrophes naturelles telles que les inondations. INCREO présente des solutions d'observation terrestre conçues pour faire face à une variété de dangers et adaptées aux besoins de l'utilisateur. Le projet rassemble ses données d'observation terrestre à partir du programme Copernicus de l'UE, précédemment connu comme le programme de surveillance mondiale pour l'environnement et la sécurité (GMES). INCREO aborde des situations à risques multiples, soit des cas où les catastrophes peuvent être déclenchées simultanément soit où les catastrophes s'enchaînent les unes après les autres, et le projet a sélectionné la rupture d'un barrage, une onde de tempête et hauteur de houle, les inondations et les glissements de terrain comme cas d'utilisation. En octobre 2014 le projet a établi sa première carte mondiale abordant des questions de résistance et de vulnérabilité en Europe du Sud-ouest et en Asie du Sud-est accessibles grâce à sa section de produits sur le site web (http://www.increo-fp7.eu/products/) et a également publié une carte de surveillance du mouvement de surface du comté de Buzau, en Roumanie. Afin de réduire l'impact des catastrophes, il nous faut comprendre la façon dont les changements climatiques et socio-économiques affectent le lieu et le moment des catastrophes. Les données d'observation terrestre aident à évaluer et à modéliser ces changements, ce qui permettrait potentiellement le développement de stratégies de gestion des risques. Mais souvent la perception du danger au sein des communautés résidant dans les zones vulnérables est faible. De ce fait, il se peut que des mesures insuffisantes aient été mises en place pour réduire l'impact des catastrophes. Dans certains cas, un manque de sensibilisation peut conduire à une mauvaise utilisation de la terre, rendant ainsi une catastrophe encore plus grave. L'utilisation de l'imagerie satellite d'INCREO et les techniques de cartographies peuvent fournir un aperçu réaliste d'un site, sensibiliser et mener à l'utilisation des stratégies d'atténuation où le danger peut être évité. L'évacuation des habitants est un des plus grands problèmes pour les équipes de protection civile en cas d'une catastrophe, ainsi le projet prévoit d'utiliser des données d'observation terrestre pour mieux gérer la densité démographique. À cette fin, l'équipe doit développer un moyen d'obtenir les informations nécessaires à partir de données de télédétection qui, par la suite, auront besoin de calibrage pour produire des résultats précis. Le projet international rassemble dix partenaires provenant de sept pays. Le consortium est composé d'entreprises comme Airbus et d'organismes impliqués dans le soutien de sites vulnérables, comme UNESCO Venise. Coordonné en France, le budget total d'INCREO s'élève à près de 3 millions d'euros dont presque 2 millions d'euros proviennent du programme du 7e PC de l'UE. Pour plus d'informations, veuillez consulter: INCREO http://www.increo-fp7.eu/

Pays

France