Skip to main content

Article Category

Actualités

Article available in the folowing languages:

Tendances scientifiques: Pourquoi Leonardo da Vinci n’a-t-il pas pu terminer ses travaux?

De nouvelles recherches affirment que des troubles de l’attention ont empêché le génie italien d’achever de nombreux projets.

Société
Recherche fondamentale

Leonardo da Vinci a produit certaines des œuvres les plus célèbres au monde, comme la Mona Lisa, sans conteste le tableau le plus connu du monde. Pourtant, à l’instar d’autres chefs-d’œuvre, il est considéré comme inachevé. Aujourd’hui, exactement 500 ans après le décès du peintre, architecte, ingénieur et inventeur, un professeur du King’s College de Londres (KCL) suggère que la meilleure explication de sa procrastination chronique était le trouble du déficit de l’attention et d’hyperactivité (TDAH). Au cœur de l’esprit incroyable de da Vinci Une recherche publiée dans la revue «Brain» a examiné des récits historiques de la vie de da Vinci et a conclu que le TDAH était responsable de son incapacité à terminer ses projets. «L’histoire de Da Vinci est paradoxale: un grand esprit qui a embrassé les merveilles de l’anatomie, de la philosophie naturelle et de l’art, mais qui a également échoué à mener à terme de nombreux projets». Le TDAH «pourrait expliquer certains aspects de son tempérament et la forme étrange de son génie dissipé». Le document notait «qu’il y a là également une preuve incontestable d’un Leonardo constamment en mouvement, occupé à quelque chose, mais sautant souvent d’une tâche à l’autre». «Il est indéniable que Leonardo a accompli au cours de sa vie davantage que tout autre être humain, mais on est en droit de se demander quel aurait été l’impact de son travail sur l’histoire s’il avait réussi à s’appliquer de manière plus cohérente à son art et à diffuser efficacement ses intuitions et ses découvertes», a conclu l’étude. Le TDAH a-t-il été un facteur? L’auteur principal de l’étude, le professeur Marco Catani de l’Institut de psychiatrie, de psychologie et de neurosciences, a déclaré dans un communiqué de presse du KCL: «Bien qu’il soit impossible de poser un diagnostic post-mortem pour une personne ayant vécu il y a 500 ans, je suis convaincu que le TDAH est l’hypothèse la plus convaincante et la plus plausible sur le plan scientifique pour expliquer les difficultés qu’éprouvait Leonardo à terminer ses travaux. Les archives historiques montrent que Leonardo a passé beaucoup de temps à planifier des projets mais manquait de persévérance. Le TDAH pourrait expliquer certains aspects du tempérament de Leonardo et son étrange génie versatile». Le professeur Catani, spécialiste de l’autisme et du TDAH, a ajouté: «C’est incroyable que Leonardo ait pu se considérer comme quelqu’un qui a raté sa vie. J’espère que le cas de Leonardo montre que le TDAH n’est pas lié à un faible QI ou à un manque de créativité, mais plutôt à la difficulté de capitaliser sur ses talents naturels. J’espère que l’héritage de Leonardo nous aidera à réduire la stigmatisation qui entoure le TDAH». Intervenant sur «CNN», le Dr Graeme Fairchild, du département de psychologie de l’université de Bath au Royaume-Uni, a remis en question la suggestion selon laquelle le travail de da Vinci aurait été limité par le TDAH: «Peut-être que l’agitation, l’énergie et la créativité inhérentes à son TDAH expliquent pourquoi il a accompli tant de choses dans tant de domaines différents, même s’il n’a souvent pas terminé ce qu’il commençait».

Pays

Royaume-Uni