Skip to main content

Article Category

Actualités

Article available in the folowing languages:

Tendances scientifiques: Découverte d’un mystérieux trou noir qui ne devrait pas exister.

La NASA détecte quelque chose de mystérieux autour d’un trou noir situé au cœur d’une galaxie lointaine.

Le télescope spatial Hubble a détecté un disque mince inattendu autour d’un trou noir supermassif au milieu de la galaxie spirale NGC 3147, distante de 130 millions d’années-lumière. Une équipe internationale d’astronomes provenant d’Espagne, d’Italie, d’Israël et des États-Unis est estomaquée par son existence. Dans une étude publiée dans la revue «Monthly Notices of the Royal Astronomical Society», les scientifiques affirment que ce trou noir ne devrait pas être entouré d’un grand disque de matière, d’après les théories de la relativité d’Einstein. Le trou noir de NGC 3147 est environ 250 millions de fois plus massif que le Soleil. Il devrait être affamé car il n’y a pas assez de matière dans la galaxie pour le nourrir. Les disques contiennent des étoiles, du gaz et de la poussière, et on les trouve normalement dans des galaxies extrêmement actives caractérisées par de plus grands trous noirs. La lumière dégagée par ce disque évoque le comportement des trous noirs supermassifs situés aux centres de galaxies beaucoup plus actives. Curieusement, NGC 3147 a d’abord été sélectionnée dans le but de prouver que les disques ne pouvaient pas se former autour de trous noirs plus petits. Comprendre comment se comportent les galaxies moins actives Dans NGC 3147, la lumière visible provenant du disque donne aux astronomes une occasion rare de tester les théories de la relativité générale et restreinte d’Einstein qui concernent la façon dont l’espace, le temps, la lumière et la gravité sont imbriqués. Le disque est présent assez profondément dans le champ gravitationnel du trou noir. La façon dont il modifie la lumière permet aux astronomes de voir ce qui se passe à proximité du trou noir. Les scientifiques n’ont pu faire cette découverte inattendue que grâce à des télescopes comme Hubble. Il a capté la lumière émise par la galaxie environnante, ce qui a aidé à estimer la vitesse, la température ainsi que d’autres caractéristiques de la matière à l’intérieur du disque tourbillonnant. En mesurant la matière présente dans ce disque, Hubble a permis aux scientifiques de déterminer que ce dernier tournait autour du trou noir à une vitesse supérieure à 10 % de celle de la lumière. Un regard unique sur les processus dynamiques à proximité d’un trou noir L’auteur principal, Stefano Bianchi, de l’Université de Rome III en Italie, a déclaré au journal britannique le «Daily Mail»: «C’est une occasion intrigante de jeter un coup d’œil à un disque très proche d’un trou noir, si proche que les vitesses et l’intensité de l’attraction gravitationnelle affectent la façon dont nous voyons les photons de lumière.» S’adressant à la «CNN», Marco Chiaberge, autre auteur de l’étude et astronome émérite de l’Agence spatiale européenne, au Space Telescope Science Institute ainsi qu’à l’Université Johns Hopkins, a déclaré: «Nous n’avons jamais vu avec autant de clarté les effets de la relativité, aussi bien générale que restreinte, dans le spectre visible.» «Le type de disque que nous voyons est un quasar à échelle réduite, et on ne s’attendait pas à ce qu’un tel objet puisse exister», a expliqué le professeur Bianchi. «C’est le même type de disque que celui qu’on observe dans des objets 1 000 voire 100 000 fois plus lumineux. Les prédictions des modèles actuels, en ce qui concerne les galaxies actives de très faible luminosité, ont clairement échoué.»

Articles connexes