Skip to main content

Article Category

Actualités

Article available in the folowing languages:

Les MPE adhèrent à la déclaration de Madère sur la promotion des sources d'énergie renouvelables dans l'UE

Les membres du Parlement européen (MPE) ont adhéré à la déclaration de Madère dans le but de soutenir les sources d'énergie renouvelables dans l'Union européenne. La déclaration de Madère comprend les conclusions finales de la seconde réunion interparlementaire relative aux "s...

Les membres du Parlement européen (MPE) ont adhéré à la déclaration de Madère dans le but de soutenir les sources d'énergie renouvelables dans l'Union européenne. La déclaration de Madère comprend les conclusions finales de la seconde réunion interparlementaire relative aux "sources d'énergie renouvelables dans l'UE", qui s'est déroulée les 12 et 14 mai sur l'île de Madère. Le forum européen pour les sources d'énergie renouvelables (Eufores), organisateur la manifestation, indique qu'environ 120 représentants de tous les Etats membres de l'UE, y compris 52 MPE et députés nationaux issus de toute l'UE, ont approuvé le contenu final de la déclaration. La déclaration de Madère vise a promouvoir les sources d'énergie renouvelables dans le marché intérieur de l'électricité de l'UE selon les mêmes dispositions que les énergies traditionnelles. Selon Eufores, les 52 députés ont bien accueilli la proposition de directive récemment adoptée par la Commission européenne. Ils ont également félicité la Commissaire de Palacio de son intervention en faveur de l'utilisation des énergies renouvelables. Cependant, ils ont exprimé leur inquiétude à l'égard des incidences éventuelles qu'une révision en cours des "lignes directrices communautaires relatives aux aides d'Etat en faveur de la protection de l'environnement" pourrait avoir sur le développement de projets en faveur des sources énergie renouvelables. Leur souci portait sur l'absence actuelle de dispositions équivalentes dans le marché intérieur de l'électricité. Les députés ont invité les institutions européennes, et en particulier les gouvernements européens, à aborder la question de l'absence de cadre législatif dans les traités européens en vigueur pour une politique européenne commune de l'énergie (surtout s'il l'on veut pouvoir répondre aux engagements de l'UE en matière de climat). En conclusion, ils ont demandé aux institutions européennes d'examiner les problèmes de l'énergie des pays candidats à l'adhésion à l'UE et de mettre au point une stratégie claire sur la façon d'aider ces pays à aborder la question de la durabilité à long terme de l'énergie. Ils désirent également voir les sources d'énergie renouvelables occuper une place plus importante dans les politiques de développement de l'UE et des Etats membres et ce "afin de faciliter le transfert et le développement des technologies respectueuses de l'environnement dans les pays en développement, notamment dans le domaine de l'énergie et du transport".