Skip to main content

Article Category

Actualités

Article available in the folowing languages:

L'EER a le vent en poupe

Les premiers pas concrets vers un Espace européen de la recherche ont été faits suite à l'approbation de l'initiative du Commissaire Busquin par le Conseil de la Recherche, lors de sa réunion du 15 juin à Luxembourg. Les ministres de la recherche ont adopté les propositions de...

Les premiers pas concrets vers un Espace européen de la recherche ont été faits suite à l'approbation de l'initiative du Commissaire Busquin par le Conseil de la Recherche, lors de sa réunion du 15 juin à Luxembourg. Les ministres de la recherche ont adopté les propositions de la Commission visant à promouvoir une plus grande coopération entre les programmes de recherche nationaux, commençant par l'instauration d'un réseau transeuropéen à haute vitesse reliant les instituts de recherche, les universités et autres établissements d'enseignement dans le cadre du programme Géant. Le Conseil a invité la Commission à mettre en place d'ici la fin de 2001, avec l'appui de la Banque européenne d'investissement, un réseau à large bande d'une vitesse de 2,5 gigabits par seconde, évoluant progressivement vers une vitesse de 100 gigabits par seconde. José Mariano Gago, président en exercice du Conseil, a déclaré que ce réseau rapprocherait les politiques de la Société de l'information et de l'Espace européen de la recherche. "Nous devons resserrer les liens entre la politique de la Société de l'information et de l'Espace européen de la Recherche." Tous les ministres ont convenu qu'il fallait éviter que l'inégalité d'accès aux outils éducatifs et technologiques de la Société de l'information n'engendre éventuellement une exclusion sociale et économique. La Suède, le Luxembourg, la Grèce et l'Irlande ont observé que des réseaux tels que Géant pouvaient servir à rapprocher des associations et éventuellement à s'étendre au-delà de l'UE pour des projets tels que l'utilisation de la télématique en médecine. D'autres, en particulier les Pays-Bas, ont souligné que le lien entre les secteurs public et privé de la recherche devait être renforcé. Le Conseil s'est également félicité des propositions de M. Busquin reprises dans le document "First steps towards a European Research Area" (Premiers pas vers un Espace européen de la recherche), visant à lancer une évaluation des politiques nationales, créer des centres d'excellence et encourager la mobilité des chercheurs, et a invité la Commission à présenter une série d'indicateurs et une méthode d'évaluation d'ici le mois d'octobre. Suite à l'approbation par le Sommet de Lisbonne, le Conseil a également accueilli favorablement les mesures visant à créer un brevet communautaire peu onéreux et facile d'utilisation d'ici la fin de 2001. Lors de la conférence de presse finale, le président José Mariano Gago a promis que le Conseil veillerait à ce que les mesures adoptées à Lisbonne soient mises en oeuvre. "Dans le cadre du suivi du Sommet de Lisbonne, les progrès réalisés seront contrôlés par le Conseil à chaque printemps." Si les mesures proposées doivent contribuer à transformer l'EER en réalité, les ministres ont toutefois affirmé que ce qui importait à ce stade, c'était de fixer des objectifs. "C'est une question de volonté politique, non pas de chiffres," a déclaré le ministre français, Monsieur Roger-Gérard Schwartzenberg. Interrogé sur son programme en vue de la Présidence française imminente, M. Schwartzenberg a indiqué que la création de l'EER serait une priorité. Il a présenté des projets pour la création d'une Académie européenne des sciences et d'une Agence pour la diffusion des résultats de la recherche européenne selon le système Alphagalileo qui favorise la recherche britannique, allemande et française. En réponse à la question de savoir quels sont les coûts de telles initiatives, il a cité des pays de l'UE tels que la Finlande, où des sommes importantes sont consacrées avec succès à la recherche, en promettant qu'il mettrait tout en oeuvre pour trouver le budget requis. Infrastructures de recherche pour le programme Life Les ministres ont également abordé les problèmes du financement des infrastructures de recherche dans le cadre du programme Qualité de la vie et gestion des ressources du vivant, à la suite des problèmes rencontrés par deux instituts de recherche importants, le European Mutant Mouse Archive (EMMA), en Italie, et le European Bio-Informatic Institute (EBI) au Royaume-Uni. Lors de la transition entre Quatrième et le Cinquième programme-cadre, ces deux institutions ont perdu la possibilité de bénéficier du cofinancement de la Communauté pour leurs infrastructures de recherche. Evoquant les conclusions de Conseil, M. Gago a souligné l'importance du travail dans ces domaines - la recherche sur les génomes -, et a invité la Commission à trouver une solution pour assurer la poursuite des activités. La Commission et d'autres Etats membres ont observé que la solution ne devait pas se limiter à résoudre les problèmes de ces deux institutions uniquement, ce qui pourrait paraître discriminatoire. Selon M. Busquin, la Commission envisagerait la possibilité de recourir à une intervention de la Banque européenne d'investissement. Les premiers résultats du séquençage du génome humain seront bientôt disponibles et la Présidence considère que la recherche "post-génome" est vitale pour l'avenir. M. Busquin a annoncé qu'au mois d'octobre, la Commission présentera une nouvelle initiative sur le thème "exploiter le génome humain". Cette initiative dégage des ressources pour la recherche générique dans le cadre du programme Qualité de la vie. Une stratégie de l'espace pour l'Europe Le Commissaire Busquin a également fait rapport sur les progrès réalisés par la Commission dans la définition d'une stratégie de l'espace européenne, en collaboration avec l'Agence spatiale européenne. Une communication sera soumise au Conseil en vue de l'examen de ces questions lors de sa prochaine réunion. Coopération internationale La coopération internationale hors de l'UE a également fait l'objet de discussions dans le contexte des synergies entre le Cinquième programme-cadre de RDT de l'UE et le programme MEDA (coopération avec les pays méditerranéens). Le Conseil a salué les progrès déjà réalisés dans ce domaine et a encouragé la Commission à poursuivre les activités exercées conjointement par les pays de l'UE et les partenaires méditerranéens dans le contexte d'un Espace européen de la Recherche. Organismes génétiquement modifiés La délégation allemande a abordé le sujet de l'autorisation des organismes génétiquement modifiés, observant que ce sujet pouvait être traité dans le contexte de l'EER. La délégation a invité la Commission à examiner sa proposition sur la création d'une procédure d'autorisation centralisée des OGM.

Pays

France

Articles connexes