Skip to main content

Article Category

Actualités

Article available in the folowing languages:

Les recteurs émettent des réserves sur le 6ème PCRD

La Confédération des Conférences des Recteurs de l'UE (EUREC) a publié son avis sur les propositions relatives au prochain programme-cadre de recherche, exprimant des préoccupations quant aux projets à grande échelle, à l'insuffisance des dispositions en matière de recherche f...

La Confédération des Conférences des Recteurs de l'UE (EUREC) a publié son avis sur les propositions relatives au prochain programme-cadre de recherche, exprimant des préoccupations quant aux projets à grande échelle, à l'insuffisance des dispositions en matière de recherche fondamentale et au rôle des sciences sociales. "La recherche fondamentale est essentielle à l'innovation. Or la Confédération ne voit pas très bien comment la recherche fondamentale peut être sauvegardée par des projets à grande échelle qui, dans une large mesure, sont présentés comme étant des activités de recherche ciblée, de recherche visant à résoudre des problèmes", déclare l'EUREC. Elle souligne que la recherche fondamentale doit être incluse dans les programmes de travail des réseaux d'excellence. Et les réseaux d'excellence doivent pour leur part inclure "le plus grand nombre possible de communautés de recherche les plus variées possible, poursuit l'EUREC dans son document. Du point de vue de l'innovation, les réseaux de petites organisations et institutions ont une importance cruciale", affirme l'EUREC. La Confédération précise que, tout en soutenant la proposition de simplification de la gestion des structures du programme-cadre, elle est préoccupée par le fait que le processus reposera sur l'introduction de projets à grande échelle. Opter pour des projets à grande échelle risque d'avoir un effet négatif sur la participation des PME, s'inquiète l'EUREC. "Les effets d'une nouvelle structure axée sur des projets à grande échelle pourraient s'avérer pires encore que ceux de l'actuel programme-cadre, car seules les plus grandes unités de recherche industrielle seront en mesure de garantir qu'elles disposent des ressources humaines et financières et des infrastructures nécessaires pour faire une offre lors du lancement des appels à manifestation d'intérêt, excluant ainsi certaines des institutions et entreprises participant à l'actuel programme-cadre", prévient l'EUREC. Le document ajoute que de tels projets à grande échelle permettront l'autonomie souvent exigée, mais ne garantiront pas l'objectivité ni la transparence, à moins que des lignes d'orientation soient fixées quant aux manières de participer. Au sujet des sciences humaines et sociales, l'EUREC déclare que celles-ci sont "bien plus que de simples disciplines de soutien" et ajoute qu'elles doivent être considérées comme des disciplines de recherche à part entière. "La Confédération espère que c'est bien la totalité du spectre des [...] sciences que la Commission européenne veut exploiter, et pas uniquement ses aspects purement technologiques", prévient le document. L'EUREC est particulièrement préoccupée par le fait que le budget alloué à ces disciplines soit significativement inférieur à ceux des autres disciplines. "Des niveaux de financement communautaire faibles dès le départ attribués aux activités de recherche relatives aux sciences sociales ne doivent pas aboutir à la conclusion selon laquelle la recherche de qualité en sciences humaines et sociales peut se faire pour un prix dérisoire", conclut le document. L'EUREC a été fondée en 1973 et rassemble environ 85 pour cent d'établissements d'enseignement supérieur à travers l'UE. L'organisation représente plus de la moitié des instituts faisant de la recherche fondamentale dans l'UE.s Dialoges mit