Skip to main content

Article Category

Actualités

Article available in the folowing languages:

Coopérer pour réussir, recommande le ministre portugais de la Recherche

Dans une interview accordée à CORDIS Nouvelles, M. Mariano Gago, ministre portugais de la Recherche, a souligné l'importance de la coopération, aussi bien entre les acteurs de la recherche qu'entre chercheurs et société, pour la réussite de la politique européenne de recherche...

Dans une interview accordée à CORDIS Nouvelles, M. Mariano Gago, ministre portugais de la Recherche, a souligné l'importance de la coopération, aussi bien entre les acteurs de la recherche qu'entre chercheurs et société, pour la réussite de la politique européenne de recherche. M. Gago a insisté, notamment, sur le rôle de la mise en réseau et de la diffusion efficace des informations scientifiques lorsqu'il s'agit de mettre en relation les scientifiques et les citoyens. "A notre avis, pour pouvoir avancer dans la réalisation d'un espace européen de la recherche, il faut s'appuyer sur les organisations et les agences nationales de recherche et sur leur capacité à travailler ensemble", a déclaré M. Gago à CORDIS Nouvelles. Le ministre a souligné toutefois que la mise en réseau doit se faire sur la base du volontariat. "Je ne pense pas que l'on puisse voir un jour une mise en réseau centralisée des programmes nationaux à Bruxelles, d'ailleurs cela s'avèrerait probablement très inefficace", a-t-il déclaré. M. Gago souhaiterait vivement voir les conseils nationaux et les agences de recherche travailler ensemble sur la base du volontariat dans de nouveaux domaines de recherche, en créant ainsi de nouveaux programmes. Il a ajouté que, dans le cadre d'un tel scénario, le rôle de la Commission serait "très restreint, se limitant à veiller à la transparence du système et à ce que chacun puisse savoir ce qui est proposé." Selon M. Gago, la mise en oeuvre de l'Article 169, une disposition qui permet à un groupe limité d'Etats membres de réaliser des projets de recherche, doit être considéré comme "une mise en réseau du contenu positif des programmes nationaux". Sur le thème "science et société", M. Gago a exprimé sa satisfaction personnelle devant l'attention désormais accordée à ce domaine par chaque Présidence de l'UE. "Petit à petit, toutes les Présidences ont réalisé que cette question est importante et que des initiatives doivent être prises dans ce domaine, et je pense que c'est une bonne chose, a-t-il déclaré. J'espère que nous avancerons concrètement dans ce domaine pendant la Présidence belge, non seulement au Conseil Recherche, mais surtout au Sommet européen", a-t-il ajouté. Le Portugal, pour sa part, a fait beaucoup d'efforts pour augmenter la compréhension des sciences par ses citoyens, et a lancé plusieurs initiatives innovantes. Depuis 1997, le gouvernement portugais gère l'initiative "Les sciences en vacances pour les jeunes", qui donne aux adolescents la possibilité de participer à des sessions de formation dans des laboratoires publics et privés, des centres de recherche et des organismes de promotion des sciences et d'observer ainsi la réalité de la recherche scientifique. Une seconde initiative, la campagne "L'astronomie en été", vise à augmenter la sensibilisation à l'univers en donnant au public l'occasion d'observer les étoiles dans toutes les régions du Portugal. M. Gago reconnaît que prendre des initiatives sur les sciences et la société au niveau européen est une tâche difficile, parce que cela implique de très nombreux domaines: la recherche, la diffusion des résultats, l'éducation et les médias. "Il est clair que les médias sont un moyen privilégié de diffuser l'information. Les médias spécialisés et les agences de presse axées sur les sciences et technologies doivent exister au niveau européen, mais le problème n'est pas encore résolu, que ce soit en matière de nouvelles découvertes ou de travaux scientifiques et technologiques ordinaires", a-t-il ajouté. M. Gago regrette qu'il soit souvent plus facile de recevoir des informations des Etats-Unis que d'un pays européen voisin, affirmant qu'il s'agit d'un "problème interne à l'Europe". Les possibilités de s'attaquer au fossé qui sépare les sciences et la société se présentent en une période de controverses scientifiques, a-t-il déclaré, juste au moment où les citoyens sont avides de comprendre les données du problème. "A mon avis, le rôle des opérations de proximité, des journées portes ouvertes organisées par les laboratoires va devenir sous peu très important, essentiellement parce que les citoyens souhaitent rencontrer personnellement les gens qui peuvent leur dire la vérité et leur expliquer comment ils tirent leurs conclusions", a conclu M. Gago.

Pays

Portugal