Skip to main content

Article Category

Actualités

Article available in the folowing languages:

Arrivée prématurée du trou d'ozone dès cette semaine

Selon les prévisions du centre météorologique national des Pays-Bas, le trou d'ozone antarctique apparaîtra cette année plusieurs mois plus tôt que d'habitude. Utilisant des données satellitaires fournies par l'Agence spatiale européenne (ESA), Henk Eskes, de l'Institut météo...

Selon les prévisions du centre météorologique national des Pays-Bas, le trou d'ozone antarctique apparaîtra cette année plusieurs mois plus tôt que d'habitude. Utilisant des données satellitaires fournies par l'Agence spatiale européenne (ESA), Henk Eskes, de l'Institut météorologique royal des Pays-Bas (KNMI), a découvert que la profondeur du trou d'ozone était très inférieure à ce qui avait été constaté auparavant. "Cette rupture survient exceptionnellement tôt cette année, environ deux mois plus tôt que d'habitude", dit M. Eskes, scientifique senior au KNMI. "Cette année, la profondeur du trou d'ozone est aussi inhabituellement faible - environ la moitié de celle enregistrée en 2001". Il prédit que le trou d'ozone antarctique commencera par se séparer en deux, pour ensuite s'affaiblir. En dépit des prévisions optimistes, il a averti qu'on "ne pouvait exclure" la possibilité que l'une des deux parties résiduelles se renforce et forme un nouveau trou d'ozone. Globalement, on a pu constater une lente décrue de la quantité de substances anti-ozones dans l'atmosphère. M. Eskes attribue cette évolution aux traités internationaux visant à réduire leur production. Mais, a-t-il poursuivi, "cette diminution est trop lente pour expliquer la faiblesse du trou d'ozone de cette année". Selon le scientifique néerlandais, ce résultat tient plutôt aux variations naturelles de circulation atmosphérique que l'on observe d'année en année, et qui influent sur la taille et la durée du trou d'ozone. Le trou d'ozone est entouré d'un vortex de vents violents qui bloque l'échange d'air entre les régions de latitude polaire et de latitude moyenne. Durant le printemps et l'été antarctiques, la température augmente et les vents faiblissent. Il en résulte un mélange de l'air appauvri en ozone du vortex avec l'air riche en ozone extérieur au vortex, et le trou d'ozone se dissipe. KNMI, qui est le centre national néerlandais de recherche et d'information sur le climat, les changements climatiques et la sismologie, utilise des données de l'instrument GOME (Global ozone monitoring experiment) que l'ESA possède à bord du satellite ERS-2 pour produire des analyses globales quotidiennes et des prévisions à neuf jours en matière d'ozone. L'ESA, en collaboration avec EUMETSAT (qui est l'organisme européen d'exploitation des satellites météorologiques), prépare par ailleurs une série de trois satellites, appelée MetOp, qui prendra la suite des instruments GOME pour assurer à compter de 2005 au moins 10 années de surveillance continue de l'ozone depuis l'espace.