Skip to main content

Article Category

Article available in the folowing languages:

La production de méthane dans les marais

Des études récentes ont permis d'identifier deux procédés qui éliminent la production de méthane dans les marais. Des chercheurs ont compris les mécanismes à l'origine de ces deux procédés.

Changement climatique et Environnement
Énergie

Les marais stockent entre 15 et 30 % du carbone du sol sous forme de matière organique dissoute et particulaire (MOD et MOP, respectivement). Pourtant, nos connaissances de la production de méthane dans ces marais, particulièrement en ce qui concerne la séquestration naturelle du carbone, sont encore limitées. Le projet NOMSUPPRESSCH4 (Assessing suppression of methanogenesis in wetlands by electron accepting and polyphenolic moieties in natural organic matter), financé par l'UE, visait à mesurer l'importance de deux processus qui contrôlent la production de méthane. Les chercheurs ont tenté d'incuber des échantillons de marais naturels en laboratoire afin d'étudier les deux processus. NOMSUPPRESSCH4 a collecté des échantillons dans les bogues et les tourbières alimentées par les eaux de pluie et souterraines en Suède et aux États-Unis. Les chercheurs ont testé la chimie de ces échantillons et les ont caractérisés en termes de pH et de conductivité électrique notamment. L'équipe a étudié l'importance des MOD et MOP dans la chimie du carbone des marais à l'aide de techniques de chimie analytique. Ils ont associé cette méthode au suivi de la formation du méthane et du dioxyde de carbone dans les échantillons prélevés dans les marais. NOMSUPPRESSCH4 a procédé à plusieurs tests d'incubation en vue d'établir si la production de méthane était annulée au cours des cycles chimiques dans les marais. Après plusieurs semaines de suivi, les chercheurs n'ont constaté aucune différence remarquable dans le taux de production de dioxyde de carbone et de méthane. Ces résultats attestent le rôle des MOD et MOP de la tourbe en tant qu'accepteurs d'électrons étant donné que la respiration anaérobie et la méthanogenèse ne se limitent pas à leur capacité à accepter les électrons. Outre les travaux en labo, des tests sur le terrain ont été réalisés. Ils contribueront à améliorer les politiques de gestion des marais et renforceront la compréhension du changement climatique.

Mots‑clés

Production de méthane, marais, matière organique, NOMSUPPRESSCH4, dioxyde de carbone

Découvrir d’autres articles du même domaine d’application