Skip to main content

Civil Engagement in Social Work: Developing Global Models

Article Category

Article available in the folowing languages:

L'état du travail social

Une équipe de l'UE a étudié le travail social dans le contexte du bien-être public et du néolibéralisme.Ses résultats révèlent une baisse de la pratique du travail social en raison d’une privatisation croissante des services combinée à des mesures d’austérité et soulignent la nécessité d'améliorer la recherche dans ce domaine.

Société

Le travail social en tant que profession manque généralement de crédibilité et de maturité académique. Les étudiants sont souvent formés pour mettre en œuvre une politique plutôt que des alternatives critiques ; par ailleurs, le peu de recherches menées sont particulières et de faible qualité. Le projet CIVIL_SW (Civil engagement in social work: Developing global models) financé par l’Union européenne a donc analysé le rôle du travail social. L'initiative portait plus particulièrement sur le bien-être social dans un contexte de réforme néolibérale. Les chercheurs ont étudié les nouvelles initiatives de gestion publique dans 10 pays. Leurs travaux documentent ainsi les facteurs affectant la pratique du travail social et la recherche dans ce domaine. L'équipe a noté une baisse générale dans ces deux aspects du travail social, en partie due aux mesures d’austérité et à la commercialisation des services. L'étude confirme par conséquent la nécessité d'améliorer le profil de la recherche dans ce secteur. L’une des principales raisons à l’origine de la situation actuelle vient des programmes définissant le travail social qui n’insistent pas sur l'élaboration de politiques et de compétences dans le domaine de la recherche. Le contexte d'un environnement de recherche international de mauvaise qualité a également eu un impact sur le projet lui-même. Avec les mesures d’austérité que l’on observe actuellement au niveau européen, le financement des études de troisième cycle est souvent limité et l’équipe du projet a eu beaucoup de mal à recruter des chercheurs compétents. Le consortium a dû également subir des contraintes liées à la composition tant du personnel que des partenaires, ce qui a largement affecté la recherche et le calendrier de manifestations importantes. Enfin, la tentative de putsch en 2016 en Turquie et ses répercussions ont également fortement affecté les recherches du projet. Les chercheurs ont néanmoins réussi à compiler une matrice de recherche contenant les données de 10 pays. Cette ressource a ensuite permis de comparer les différents groupes dans lesquels les travailleurs sociaux sont engagés. L'équipe a également créé une carte conceptuelle illustrant les thèmes relatifs aux inégalités sociales. Les chercheurs ont étudié le rôle des travailleurs sociaux ainsi que leurs relations avec l'État-providence et les consommateurs aussi bien que les fournisseurs de services. Ils ont exploré les différents facteurs socio-politiques d’une réforme de l'aide sociale et ceux qui affectent le bien-être de la population. Enfin, l'équipe a examiné sur le terrain les meilleures pratiques actuelles. Ces travaux ont donné lieu à de nombreux débats. Les améliorations indispensables de la recherche identifiées par le projet permettront ainsi des progrès au niveau du métier même de travail social.

Mots‑clés

Travail social, bien-être, engagement civil, CIVIL_SW, réforme néolibérale, nouvelle gestion publique

Découvrir d’autres articles du même domaine d’application