Skip to main content

Two-phase Acid/Gas Anaerobic Reactor for Industrial Wastewater of Food & Drink SME industries

Article Category

Article available in the folowing languages:

Un réacteur pour le traitement anaérobie des eaux usées destiné au secteur de l’alimentation et des boissons

Les eaux usées résultant du secteur de l’alimentation et des boissons exigent une épuration particulièrement coûteuse. Les processus de traitement actuels ne sont pas efficaces. Des chercheurs européens ont mis au point un réacteur anaérobie pour le traitement des eaux usées destiné aux petites et moyennes entreprises opérant dans le secteur de l’alimentation et des boissons.

Technologies industrielles

La production des aliments et des boissons génère un grand volume d’eaux usées. La Directive européenne sur le traitement des eaux usées impose des règles strictes pour la qualité des eaux usées émanant de ces deux secteurs. Mais l'épuration coûte cher. Par ailleurs, plus l’entreprise est petite, plus le prix de l’épuration d'une unité d’eau usée est élevé. En Europe, plus de 99 % des sociétés de ce secteur sont des PME. La digestion anaérobie comporte plusieurs processus où les micro-organismes décomposent les matières biodégradables en l’absence d’oxygène. Cette solution se veut écologique et efficace, mais les réacteurs anaérobies disponibles actuellement sont limités. Ils coûtent aussi très cher à l’achat et à l’exploitation. Le projet PHASEPLIT (Two-phase acid/gas anaerobic reactor for industrial wastewater of food & drink SME industries) financé par l’UE a rapproché des chercheurs opérant dans le secteur commercial et de la recherche afin de mettre au point un réacteur anaérobie décentralisé destiné à l'épuration des eaux usées des PME. La digestion anaérobie offre plusieurs avantages par rapport au traitement aérobie traditionnel étant donné qu'elle génère du biogaz pouvant être transformé sur place en électricité et en chaleur. Les chercheurs du projet PHASEPLIT ont tenté de venir à bout des restrictions imposées par ces réacteurs en vue d'une utilisation dans les PME. La nouvelle technologie mise au point repose sur un processus anaérobie en deux phases. Tout d’abord, les bactéries décomposent les sucres et les acides aminés. Ensuite, elles convertissent les produits en méthane et en dioxyde de carbone. En produisant le biogaz, la solution proposée par PHASEPLIT compense sa propre consommation d'énergie et produit un surplus d'énergie renouvelable qui peut être utilisé par l’entreprise à d’autres fins. L’ensemble est par ailleurs abordable pour les PME. Cette nouvelle technologie permettra aux PME de respecter la réglementation européenne et de réduire la pollution organique dans l’eau douce. Les résultats du projet PHASEPLIT devraient par ailleurs contribuer à l’objectif européen d’aboutir à une production d’énergie renouvelable à hauteur de 20 % en 2020. Cette technologie pourrait aussi permettre le traitement des eaux usées dans d’autres secteurs, comme l’industrie chimique, pharmaceutique et textile.

Mots‑clés

Eaux usées, réacteur pour le traitement des eaux usées, alimentation et boissons, PME, digestion anaérobie, PHASEPLIT

Découvrir d’autres articles du même domaine d’application