Skip to main content

Article Category

Actualités

Article available in the folowing languages:

La Commission appelle à une meilleure coordination de la recherche aérospatiale

La Commission européenne a publié une communication en réponse au rapport STAR 21 relatif à l'élaboration d'un cadre cohérent dans le domaine de l'aérospatiale communautaire, qui engageait l'Europe à renforcer la recherche, notamment dans le secteur de la défense. Les repré...

La Commission européenne a publié une communication en réponse au rapport STAR 21 relatif à l'élaboration d'un cadre cohérent dans le domaine de l'aérospatiale communautaire, qui engageait l'Europe à renforcer la recherche, notamment dans le secteur de la défense. Les représentants de la Commission sont d'avis que le secteur de l'aérospatiale étant hautement spécialisé et à double usage, il est essentiel de réaliser un certain nombre d'objectifs communautaires: faire de l'Europe l'économie la plus compétitive au monde et augmenter les dépenses de recherche à trois pour cent du PIB d'ici 2010, ainsi qu'élaborer une stratégie communautaire en matière de défense. Le rapport STAR 21, publié en 2002 suite à l'étude réalisée par un groupe consultatif des déficiences de l'Europe dans le domaine aérospatial, concluait que d'importantes améliorations s'imposaient au niveau du cadre politique et réglementaire pour pouvoir combler l'écart existant entre les ambitions politiques et économiques communautaires, certains des domaines d'action clés ainsi identifiés étant la recherche, l'espace et la défense. "On constate un important consensus parmi toutes les parties intéressées selon lequel la coordination de l'aérospatiale européenne doit être améliorée", peut-on lire dans la communication. "Cependant, l'expérience a montré que le fait de reconnaître la nécessité d'une coordination accrue n'est pas en lui-même suffisant pour apporter les changements requis au niveau du processus européen complexe dédié à l'achat de technologies aérospatiales." Les représentants de la Commission en concluent que de nouveaux mécanismes devront être élaborés pour réaliser cet objectif commun. Le problème ne réside pas tant au niveau de la recherche dans le domaine de l'aéronautique civile - à cet égard, le rapport STAR 21 a révélé que d'importants progrès ont été accomplis grâce au travail du Conseil consultatif pour la recherche aéronautique en Europe (ACARE). C'est plutôt la recherche sur la défense aéronautique que les auteurs du rapport STAR 21 trouvent plus particulièrement préoccupante. Selon eux, une coordination est primordiale pour que les entreprises européennes puissent rivaliser avec leurs homologues américaines, qui reçoivent un soutien financier bien plus conséquent de la part de leur gouvernement. Les représentants de la Commission se félicitent par conséquent de la décision du Conseil européen de Thessalonique d'appeler à la création d'une agence intergouvernementale chargée du développement des capacités de défense, de la recherche, des achats et de l'armement. D'autres mesures ont été prises par la Commission elle-même, qui a lancé récemment une action préparatoire relative à la stratégie de la recherche sur la sécurité. Les auteurs de la communication indiquent que les Etats membres devront peut-être envisager d'adapter leurs priorités nationales pour assurer un degré d'engagement suffisant et la mise à disposition des ressources indépendantes requises, deux conditions préalables de la réussite, selon les représentants de la Commission. En matière d'espace, les représentants de la Commission assurent qu'ils "prendront les mesures nécessaires pour instaurer un environnement aussi favorable que possible à l'industrie afin de préserver et de poursuivre le développement de ses capacités". Une telle mesure est interprétée comme visant une politique européenne de l'espace complète "prenant en compte le caractère stratégique de cette industrie et offrant un cadre commun dans lequel l'industrie européenne et les différentes agences nationales et intergouvernementales peuvent optimiser leurs activités". Les auteurs de la communication appellent à une coordination accrue entre les programmes spatiaux de défense qui, en Europe, sont traditionnellement menés à un échelon national ou bilatéral, et avec des budgets limités. Les auteurs font également part d'une crainte: le ralentissement de l'activité du secteur spatial commercial pourrait non seulement faire perdre à l'Europe sa part de marché, au profit des Etats-Unis, mais également affecter sa capacité à conserver l'excellence technologique qu'elle a su développer ces dernières années. Ils concluent ainsi: "L'Europe se doit d'élaborer une approche industrielle et institutionnelle consolidée pour pouvoir continuer à intégrer ses activités dans le domaine de l'espace."