Skip to main content

Article Category

Actualités

Article available in the folowing languages:

La Constitution de l'UE doit éviter d'engendrer un EER à deux vitesses, peut-on lire dans le tout dernier document de synthèse

L'EASA (European Academy of Sciences and Arts - Académie européenne des sciences et des arts) est la dernière organisation en date à suggérer des modifications à apporter à la proposition de Constitution européenne, appelant les communautés scientifiques des régions et pays pé...

L'EASA (European Academy of Sciences and Arts - Académie européenne des sciences et des arts) est la dernière organisation en date à suggérer des modifications à apporter à la proposition de Constitution européenne, appelant les communautés scientifiques des régions et pays périphériques à bien s'intégrer à l'Espace européen de la Recherche (EER). Selon les membres de l'EASA, si la Constitution contribue fortement au développement de la base légale nécessaire à une coopération scientifique dans une Europe élargie, le danger subsiste que l'EER puisse développer une structure à deux vitesses. "La Constitution pour l'Europe doit veiller à ce que, dans une Europe politiquement et économiquement unifiée, les scientifiques individuels et les organes publics et privés disposent des possibilités optimales pour créer des formes nouvelles et innovantes de liens et de coopérations scientifiques au-delà des frontières nationales", peut-on lire dans le document de synthèse de l'EASA. Ainsi, les membres de l'EASA souhaiteraient que le passage suivant soit ajouté à la Constitution: "Une attention appropriée sera consacrée au développement harmonieux des régions, tout en promouvant l'excellence dans la recherche." L'EASA appuie également la position relative à la Constitution décrite par l'Academia Europaea, qui appelle les chefs d'Etat et de gouvernement à "rendre explicite le support apporté par l'Union à l'égard du rôle de la recherche et des travaux d'érudition scientifiques dans notre futur développement collectif".