Skip to main content

Article Category

Actualités

Article available in the folowing languages:

L'UE et l'ESA signent un accord de coopération

Une nouvelle ère de la coopération européenne dans l'espace vient de s'ouvrir, le 25 novembre, suite à la signature d'un accord-cadre entre l'UE et l'Agence spatiale européenne (ESA). Cet accord, qui établit les priorités et les principes de coopération entre l'UE et l'ESA, a...

Une nouvelle ère de la coopération européenne dans l'espace vient de s'ouvrir, le 25 novembre, suite à la signature d'un accord-cadre entre l'UE et l'Agence spatiale européenne (ESA). Cet accord, qui établit les priorités et les principes de coopération entre l'UE et l'ESA, a été signé à Bruxelles par Philippe Busquin, Commissaire européen en charge de la Recherche, Jean-Jacques Dordain, Directeur général de l'ESA et Letizia Moratti, ministre italienne de l'Education, de l'Université et de la Recherche. "Cet accord représente un jalon pour l'Europe, car il lui ouvre la voie à une nouvelle ère en tant que véritable puissance de l'espace", a déclaré M. Busquin. "Nos deux institutions oeuvrent à un avenir commun avec des objectifs communs, qui ne peut qu'être synonyme d'un avenir meilleur pour les citoyens européens." Les principes directeurs de l'accord couvrent les points suivants: faire en sorte que l'Europe ait un accès indépendant à l'espace pour une utilisation et une application en toute autonomie des technologies spatiales, veiller à ce que les activités spatiales soutiennent les politiques à plus grande échelle de l'Union européenne, et créer une plus grande synergie entre les parties prenantes au programme spatial européen. L'accord-cadre recense huit domaines spécifiques de coopération: science, technologie, observation de la terre, navigation, communication par satellite, vols habités et microgravité, lanceurs, et politique d'attribution du spectre en rapport avec l'espace. Les premières initiatives conjointes à être entreprises par l'UE et l'ESA pourraient concerner le lancement de la phase de développement du GMES (Surveillance mondiale de l'environnement et de la sécurité), le développement de solutions satellites permettant de réduire la "fracture numérique" en Europe, et l'utilisation facilitée de la Station spatiale internationale par les industries et centres de recherche européens.