Skip to main content

Article Category

Actualités

Article available in the folowing languages:

Malte annonce son premier programme national de recherche et qualifie de "force d'impulsion" les programmes communautaires

Conséquence de sa participation aux programmes-cadres communautaires de recherche, Malte vient d'annoncer le lancement de son tout premier programme national de recherche. Cette information a été communiquée à CORDIS Nouvelles par Wilfred Kenely, directeur général du Conseil m...

Conséquence de sa participation aux programmes-cadres communautaires de recherche, Malte vient d'annoncer le lancement de son tout premier programme national de recherche. Cette information a été communiquée à CORDIS Nouvelles par Wilfred Kenely, directeur général du Conseil maltais de la Science et de la Technologie. M. Kenely estime que le programme, annoncé le 24 novembre, est le résultat direct de l'engagement de Malte dans les Cinquième (5ème PCRD) et Sixième (6ème PCRD) programmes-cadres. "Notre succès [dans les programmes-cadres] a déclenché à Malte un mouvement qui a porté la recherche et l'innovation en tête de l'agenda national", a déclaré M. Kenely. Les représentants des ministres et des gouvernements des pays en phase d'adhésion et des pays candidats se sont réunis à Bruxelles le 28 novembre afin de faire le point sur la performance des pays lors de la première série d'appels à propositions lancés au titre du 6ème PCRD. Selon les déclarations de M. Kenely, son pays est très satisfait du taux de succès enregistré et du fait que "Malte est en train d'asseoir sa place dans l'Espace européen de la Recherche", sans oublier l'effet catalyseur qui en découle au niveau national. "Le succès ne dépend pas uniquement de la participation à des groupements, mais aussi de la mise en place d'un cadre national qui sera ensuite exporté vers la Communauté européenne", a-t-il expliqué. Selon les déclarations de M. Kenely à CORDIS Nouvelles, le Conseil de la Science et de la Technologie a été le "moteur" des initiatives de développement d'un programme national de recherche, avec pour argument majeur: "Regardez ce qu'ont permis les programmes-cadres. Nous avons commencé à générer des capacités." Petit pays, Malte a été confronté à des problèmes spécifiques pour sa participation au 6ème PCRD. "Nous avons très peu de chercheurs et pour certains domaines, tels l'aéronautique, nous ne disposons d'aucune capacité", a déclaré M. Kenely. Par ailleurs, Malte dispose d'un fort potentiel de recherche en technologies de l'information, en biotechnologie et en environnement. "Je ne pense pas que la taille d'un pays soit un obstacle majeur. C'est une question de qualité," a déclaré M. Kenely. Et d'ajouter que, dans tous les cas, "il vaut mieux positiver". M. Kenely a salué le soutien de la Commission en faveur des pays candidats et des pays en phase d'adhésion, et notamment les actions de soutien spécifiques, qui "nous permettront d'atteindre rapidement notre vitesse de croisière". Interrogé sur la pertinence d'éventuelles autres initiatives d'assistance en faveur de son pays et d'autres pays candidats ou en phase d'adhésion, il a suggéré l'octroi de moyens financiers supplémentaires aux projets de recherche spécifiques ciblés. Les petits pays tels que Malte ne peuvent que difficilement coordonner les projets intégrés et réseaux d'excellence nouveaux et plus grands, a-t-il ajouté. Toutefois, M. Kenely a rejeté toute discrimination positive en faveur des pays candidats en tant que tels, estimant qu'il "incombe à la Commission de fournir les outils et à nous de les utiliser - comme c'est le cas actuellement".

Pays

Malte