Skip to main content

Article Category

Actualités

Article available in the folowing languages:

Selon M. Dimas, la recherche doit jouer un rôle central dans le respect des engagements de l'UE en matière de biodiversité

La recherche scientifique doit jouer un rôle central afin d'aider l'UE à réaliser ses objectifs de protection de la biodiversité, selon Stavros Dimas, commissaire européen en charge de l'environnement. Lors de son allocution à la conférence de l'UNESCO sur "la biodiversité, ...

La recherche scientifique doit jouer un rôle central afin d'aider l'UE à réaliser ses objectifs de protection de la biodiversité, selon Stavros Dimas, commissaire européen en charge de l'environnement. Lors de son allocution à la conférence de l'UNESCO sur "la biodiversité, la science et la gouvernance" à Paris le 24 janvier dernier, M. Dimas a déploré le fait que les larges inquiétudes suscitées par le déclin de la biodiversité mondiale doivent encore déboucher sur un effort politique déterminé visant à renverser cette tendance. "La biodiversité - ainsi que les biens et les services qu'elle fournit - est essentielle à une croissance économique durable. […] Soyons clairs: protéger la biodiversité, cela signifie que les gouvernements devront prendre des décisions difficiles dont les bienfaits n'apparaîtront qu'à long terme", a déclaré M. Dimas. "Les responsables politiques - et pas seulement les ministres de l'environnement - ont pour mission de démontrer la vision et le courage politiques nécessaires pour mener cet effort. Toutefois, comme l'illustre l'exemple du changement climatique, il est beaucoup plus simple de mener une bonne politique si elle s'appuie sur une science de qualité", a-t-il poursuivi. "Je ne suis pas un expert scientifique de la biodiversité, mais je sais parfaitement que notre compréhension du monde vivant est encore marquée par des lacunes considérables et critiques. J'en ai parlé avec mon collègue Janez Potocnik, commissaire en charge de la science et de la recherche, et nous sommes tous deux tout à fait favorables à ce que la recherche joue un rôle central dans le respect de nos engagements en matière de biodiversité en 2010 et au-delà." M. Dimas a plaidé en faveur d'une mobilisation des ressources adéquates et d'une intégration et une structuration accrues des efforts de recherche sur les plans national, communautaire et mondial. Le commissaire s'est également joint à l'appel des ministres européens de l'environnement, qui ont demandé une augmentation des fonds pour la recherche sur la biodiversité au titre du septième programme-cadre (7e PCRD). "Parmi les résultats les plus importants de cette conférence, je souhaiterais tout d'abord que les gouvernements reconnaissent la nécessité de renforcer la capacité scientifique afin de relever le défi de la biodiversité et s'engagent à fournir les moyens à l'appui de cette reconnaissance. "En second lieu, l'expression - si possible d'une seule voix - d'un engagement réciproque fort de la communauté scientifique. À l'instar de celles et ceux qui prennent à bras-le-corps la problématique du changement climatique, nous devons veiller à ce que les messages soient clairs et communiqués de manière plus efficace", a souligné le commissaire. Les citoyens exigeront une action dès qu'ils auront été mieux informés à propos des implications réelles du déclin de la biodiversité, qu'elles soient économiques, environnementales, éthiques et affectives, a-t-il ajouté.. "La science a pour tâche de fournir cette information. Et il appartient aux gouvernements d'agir de manière décisive sur cette base afin de protéger notre patrimoine naturel commun", a conclu M. Dimas.