Skip to main content

Article Category

Actualités

Article available in the folowing languages:

L'Allemagne pourrait perdre des emplois dans la R&D

L'Allemagne pourrait perdre davantage d'emplois dans l'industrie de la recherche et du développement (R&D), étant donné que la grande majorité des entreprises n'ont pas l'intention d'augmenter les dépenses pour la recherche menée à l'intérieur des frontières allemandes avant 2...

L'Allemagne pourrait perdre davantage d'emplois dans l'industrie de la recherche et du développement (R&D), étant donné que la grande majorité des entreprises n'ont pas l'intention d'augmenter les dépenses pour la recherche menée à l'intérieur des frontières allemandes avant 2008, annonce une nouvelle étude. Selon cette étude (menée par la DIHK, l'association allemande des chambres du commerce), environ la moitié des entreprises allemandes investissant dans la R&D à l'étranger ont réduit leurs capacités de recherche dans leur pays. L'étude, menée auprès de 1 554 entreprises allemandes, a révélé que près d'une entreprise sur cinq avait l'intention de délocaliser ses capacités de R&D d'ici 2008. 15 pour cent des entreprises l'ont déjà fait. L'étude a également montré qu'une entreprise sur trois oeuvrant dans l'industrie de l'ingénierie, de l'automobile et des technologies de l'information mène ses activités de R&D à l'étranger, généralement au sein de l'UE des 25. 28 pour cent des entreprises allemandes effectuant leurs activités de R&D à l'étranger se sont établies en Asie et en Amérique du Nord. Ces projets "représentent une menace de taille pour l'Allemagne en tant que centre industriel", a déclaré Ludwig Georg Braun, président de la DIHK. "Cette évolution est inquiétante." "L'Allemagne en tant que lieu de recherche n'est plus aussi attirante", a-t-il ajouté, "et ce déclin ne cessera que si le gouvernement réagit". Le déplacement des emplois hautement qualifiés dans la R&D est plus évident au sein d'entreprises ayant délocalisé leurs capacités de production vers des marchés du travail à bas prix. Cette délocalisation va entraîner une spirale de déplacement d'entreprises offshore, pense la DIHK, qui représente 3,3 millions d'entreprises. Comme l'a expliqué M. Braun, la plus grande disponibilité de main d'oeuvre qualifiée bon marché est le principal motif de l'augmentation du nombre d'entreprises offshore. Toutefois, a-t-il ajouté, la législation peu favorable à l'industrie, que ce soit au niveau national ou communautaire, contribue également à éloigner des chaînes de valeur entières hors d'Allemagne.

Pays

Allemagne